mercredi 2 janvier 2019

Les Nombrils 8 - Ex, drague et rock'n'roll !


Rien ne va plus chez les Nombrils.  Karine poursuit sa carrière naissante avec le groupe des Albinos et découvre, parfois à ses dépends, que tout n'est pas rose au pays du star system.  Sa popularité va grandissante au lycée, au grand dam de Vicky qui en prend ombrage.  Il faut dire que cette dernière vit très mal sa cohabitation "forcée" avec Jenny.  Depuis que le père de Vicky a emménagé avec la mère de Jenny, c'est la guerre entre les deux ex-meilleures amies.  Vicky rendant Jenny responsable de tous ses malheurs.  Les choses se corsent encore quand Vicky décide de se venger...  
Les trois amies réussiront-elles à se retrouver ?

Il est toujours agréable de retrouver des personnages que l'on suit depuis plusieurs années.  En ce qui concerne Les Nombrils, on n'est pas déçus.  En effet, d'album en album, ceux-ci ont pris davantage de consistance.  Des gags du début liés au physique de vilain petit canard de Karine, faire-valoir de ses deux "amies" Vicky et Jenny, on en est aujourd'hui à suivre l'évolution de trois personnalités qui se cherchent...  Chacune avec son parcours de vie, ses failles et ses fêlures, ses ressources internes...  Les voir se débattre face aux aléas de l'existence nous les rend plus proches et sympathiques.  On s'imagine également quelles jeunes adultes accomplies elles pourraient devenir si elles effectuent les bons choix. 

"C'est ça notre message : c'est à nous de décider.  Il ne faut pas laisser la vie faire de nous ce qu'elle veut.  Car au final, le seul moyen de décider qui nous serons demain, ce sont les choix que nous faisons aujourd'hui."

De choix, voilà bien le centre de cet album.  A l'adolescence, il n'est pas toujours aisé de les assumer.  (Cela ne l'est parfois pas plus à l'âge adulte !)  A un âge où le regard de l'autre revêt une importance extrême, il n'est pas aisé de sortir du moule et de s'affranchir de la case dans laquelle on (s')est rangé.  C'est ce qu'expérimente, parfois douloureusement, nos trois héroïnes.  Chacune à des rythmes différents, quitte parfois à descendre jusqu'au fond ou à se fourvoyer de route.  Dans cet album, c'est sans doute Jenny qui boit le vin jusqu'à la lie...  Quoique !

Parallèlement à cette question fondamentale du libre-arbitre, il en est une autre, tout aussi fondamentale, celle de la confiance en soi.  Et comment la développer si on se ne connaît pas soi-même et que l'on se cache derrière des faux semblants ?

Avec ce 8e opus, vous l'aurez compris, les auteurs placent la barre encore plus haut.  De la bédé humoristique du début, la série a acquis en profondeur, pour le plus grand plaisir d'un lectorat qui gagne en maturité.  Aux gags toujours bien présents mais peut-être plus subtils, au dessin toujours aussi dynamique, aux dialogues croustillants comme on les aime, s'ajoute une intrigue qui garde en haleine le lecteur jusqu'au bout.  Et, même plus puisque les trois dernières vignettes nous donne une furieuse envie de découvrir la suite !

A suivre donc !


Pour aller plus loin :

https://www.facebook.com/lesnombrils/
Je profite des Nombrils (image publiée sur leur page FB) pour vous souhaiter une excellente année 2019.  N'oubliez pas, en matière de lectures, peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...