mercredi 1 mars 2017

La Grande Epopée des chevaliers de la Table ronde



Lorsqu'on me demande quels sont les livres qui ont marqué ma jeunesse, immanquablement, L'Enchanteur de René Barjavel figure en haut de la liste.  Ce récit, à la croisée entre l'Histoire et la légende a enchanté mon âme de jeune lectrice éprise de l'idéal chevaleresque, de ses amours tumultueuses et de ses quêtes impossibles.

Aussi, lorsque j'ai eu l'occasion de découvrir cette autre version de la légende arthurienne écrite à destination des plus jeunes, je n'ai pas hésité une seule seconde.  Il me fallait toutefois le temps de pouvoir m'y plonger sans contrainte, histoire de savourer pleinement mes retrouvailles avec ces personnages-amis, Merlin, Arthur, Guenièvre, Morgane, Lancelot,...  Rien de mieux qu'un congé pour entamer ce voyage un brin nostalgique.

Le premier tome de cette Grande Epopée proposée par Sophie Lamoureux s'intitule Arthur et Merlin.  En ouverture, on y retrouve le jeune Arthur qui s’entraîne depuis son plus jeune âge à devenir un grand chevalier.

"D'où lui était venue cette idée ?  Après une nouvelle correction de son frère Keu ?  Peut-être.  Après une nouvelle moquerie de Thor, le voisin ?  Peut-être.  Après l'une des fabuleuses histoires de son père ?  Peut-être.  Ou bien tout cela à la fois."

La mort d'Uther, roi de Bretagne, précipite son destin.  Les révélations se bousculent, les épreuves s’enchaînent, les rencontres se succèdent.  "Ce qui doit être sera" prophétise Merlin.  Arthur est-il prêt à endosser le rôle qui lui est dévolu, celui d'amener la paix dans un premier temps et celui de s'enquérir du Saint Graal dans un second temps ?

Dans cette première partie, divisée en 50 épisodes qui peuvent également être lus à haute voix, l'auteure nous fait découvrir la première étape de son parcours et pose les jalons pour la suite de l'aventure. D'épisode en épisode, de trois à quatre pages chacun, le lecteur ou l'auditeur est tenu en haleine.   Chacun d'eux se termine sur un suspense ou une interrogation qui invite à poursuivre la lecture.  Les titres de ces épisodes renforcent d'ailleurs à merveille cette attente et titillent cette envie délicieuse de connaître la suite. 

Aussi, l'intérêt est maintenu d'un bout à l'autre.  J'imagine très bien l'enfant qui, comme Arthur avec les récits de son père, réclame à cor et à cris qu'on lui lise encore un épisode. 
"Il savait qu'Arthur attendait la suite et il savait aussi qu'une bonne histoire doit se faire attendre pour être vraiment appréciée."

Les illustrations pleine page en couleurs d'Olivier Charpentier qui émaillent le récit contribuent elles aussi à nourrir l'imaginaire des jeunes lecteurs et sont autant de promesses du caractère épique et palpitant de l'aventure qui les attend.

Pour ma part, je me suis laissée happée par le récit, replaçant mes pas dans des chemins jadis parcourus avec délice.  J'y ai redécouvert cette épopée fantastique où, malgré les erreurs humaines, la quête poursuivie est toujours celle du bien même si, comme le rappelle Merlin : "le Bien n'existe pas sans le Mal, ni le Mal sans le Bien".  Une aventure où l'amour, à commencer par celui d'une mère, a une place prépondérante et influe sur les destins.  Un récit où la magie a à la fois un côté merveilleux et inquiétant.  

Bref, on y retrouve, à portée des plus jeunes mais pas que, tous les ingrédients de cette histoire fondatrice qui en a inspiré tant d'autres. Je pense, en littérature jeunesse, à "La Quête d'Ewilan" de Pierre Bottero, "Le livre des étoiles" d'Erik L'Homme ou, plus adulte cette fois, à l'incontournable saga "Games of Thrones". Ici, rassurez-vous, même  si l'auteure nous narre batailles et amours,  le récit ne devrait pas choquer le lecteur.  D'autant que le jeune Arthur, héros au cœur pur s'interroge perpétuellement sur le bien-fondé de ses actes.

Bref, cette version de la légende d'Arthur, c'est certain, ne manquera pas de plaire aux jeunes lecteurs épris d'aventure... C'est sûr, ils en redemanderont, tout comme moi d'ailleurs !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...