Accéder au contenu principal

Un sale livre

Un sale livre peut-il être beau ?  Telle est la question que me pose Frank Andriat dans la dédicace qu'il a eu la gentillesse d'apposer à mon intention au début de son dernier titre en date.

Pour certains personnages de ce récit, la réponse est clairement non.  Il faut dire que le titre Rien, Nadir que Karine Latour propose à ses élèves de 3ème déchaîne les passions.  Et la polémique enfle à la vitesse grand V.  Élèves, parents, collègues, tout le monde y va de son avis.  Pour quelles raisons ce livre pourrait-il être mis à l'index ?  Est-ce parce qu'il raconte sans fard ni fioriture l'histoire de Nadir, un jeune réfugié syrien qui fuit les horreurs de son pays ?  Est-ce parce qu'il choque, dérange, interpelle, bouscule les petites vies pépères de certains ?  Est-ce parce qu'il remue toute la boue brassée par les extrémistes de tout poil et nous renvoie à nos propres contradictions ?  

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne laisse pas indifférent!

Avec ce titre, fidèle à ses thématiques fétiches, l'auteur nous embarque dans un double récit où se bousculent les points de vue.  Un leitmotiv cependant : l'ouverture à l'autre et le respect de la différence. Parallèlement à ces questions, on a droit à un véritable débat sur la littérature en général et ce qui fait un "bon" livre en particulier. Celui-ci ne laissera pas indifférent les lecteurs éclectiques que nous sommes puisque s'y opposent les défenseurs de la grande littérature qui clouent au piloris la littérature jeunesse qui n'a selon eux pas passé l'épreuve du temps et ceux qui pensent qu'un bon livre est avant tout un livre qui apporte l'ivresse, peu importe qu'il fasse ou non partie des classiques. Inutile de vous dire dans quelle catégorie je me situe !

Dans sa forme, ce titre plaira également par son découpage narratif : chaque chapitre correspond à un point de vue d'un personnage et le dernier, quant à lui, propose une confrontation des visions afin que le lecteur puisse se forger sa propre opinion.  Autre idée intéressante, c'est cette mise en abyme.  Le lecteur découvre une histoire où les personnages lisent un livre dont on découvre progressivement des passages.  On a ainsi deux histoires pour le prix d'une. Les deux s'imbriquant à merveille pour donner corps à l'intrigue.

Le fan des ouvrages de Frank Andriat y retrouvera également plusieurs clins d’œil à un autre de ses personnages, Bob Tarlouze.

Bref, un bien beau sale livre qui ouvre le débat et fait réfléchir sur plus d'un sujet !

Pour aborder cette lecture avec vos élèves, retrouvez le dossier pédagogique concocté par mes soins sur le site de Mijade : http://www.mijade.be/jeunesse/telechargements/


Commentaires

  1. J'ai commandé le tome 4 des aventures de Bob Tarlouze, mais je ne connais pas celui-ci. Je retiens... Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer
  2. Et voilà. Je viens de terminer ce livre. Le meilleur de Frank Andriat, je pense. Un livre à lire dans toutes les écoles !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...

Posts les plus consultés de ce blog

Serial Killer

Avis aux élèves de l'IPC et aux autres qui utiliseraient Voie Active Français 2e!  Cet article a déjà été vu 540 fois!  Votre intérêt me touche!  Attention toutefois, cette nouvelle fait également l'objet d'un exercice d'écriture...   donc évitez d'effectuer un "copié-collé"!!!! A bon entendeur, salut!


Sylvaine Jaoui, Serial  Killer (Ensemble-Tsédaka), éditions Martinière jeunesse, 2007
Avez-vous déjà participé à une opération "Papy d'un jour"?  Oui?  Non?  Lucas, lui, ne peut y couper.  L'idée de M. Marchal, son professeur d'histoire, ne l'emballe pas du tout.  Et c'est le moins qu'on puisse dire.  Il ne voit pas pourquoi, ne bénéficiant pas lui-même de grands-parents gentils, il irait se "taper les inconvénients des vieux des autres."  La rencontre organisée à la maison de retraite "Les oranges bleues" tourne au cauchemar lorsqu'il se met enfin à lire les lettres de "son papy", un certa…

Moi, Boy - Roald Dahl se raconte

Dans Moi, Boy, le grand Roald Dahl évoque les "incidents" qui ont émaillé ses premières années de vie, de sa naissance à ses vingt ans (de 1916 à 1936).  Ceux qui lui ont laissé un souvenir impérissable.  "Certains furent drôles.  Certains douloureux. Certains déplaisants." comme il le précise dans sa préface.
On est cependant bien loin d'une autobiographie classique et pompeuse.  Ces pages se lisent avec autant de plaisir qu'un autre récit de l'auteur.  On y retrouve son humour, son sens inné du récit et on y croise bon nombre de personnages qui semblent familiers - comme tout droit sortis de ses romans !
Au fil des anecdotes évoquées, on découvre ainsi quelques-uns des éléments fondateurs de son oeuvre.  Parfois, il nous l'indique lui-même comme lorsqu'il évoque le lien entre son idée d'écrire son second roman jeunesse, Charlie et la chocolaterie, et les bâtons de chocolat qu'on leur faisait tester lorsqu'il était au collège.  D'…

A vos risques et périls

Editions Thierry Magnier, 2007 Coup de coeur Ricochet / "Ado d’or" du magazine "Ados-livres / Prix Trégor Ado / Prix de la Citoyenneté / Prix Lire@Sénart
L'histoire:
6 ados (3 filles, 3 garçons), une ile perdue dans l'océan Indien, des épreuves, des caméras, 12 semaines d'aventure avec, à la clé, l'espoir pour chacun de remporter 10.000 euros!  Bienvenue dans l'émission "A vos risques et périls"!  Jamais une émission de téléréalité n'aura mieux porté son nom!
Mon avis:

Ce livre m'a réellement surprise et j'ai passé un excellent moment en sa compagnie.  Pourtant, au début, j'ai pensé (à tort) que l'auteur ne s'était pas foulée et nous proposait une simple transposition de tout ce que l'on peut voir depuis des années sur nos petits écrans: l'arrivée en hélicoptère et le largage au bout d'une corde, la construction de la cabane, la recherche de nourriture, les tensions dans le groupe, les vrais ou faux rappro…