mercredi 3 août 2016

L'Arbre aux crayons


A tous ceux qui luttent avec leurs crayons
Jeanne & Loren

Cette dédicace est certainement la clé de cet album sorti en juin 2016 puisqu'il est question ici de liberté d'expression.

On se souvient tous des dessins de presse qui ont suivi l'attentat à Charlie hebdo. Depuis, malheureusement, les dessinateurs ont souvent exprimé l'inexprimable par quelques coups de crayon, défendant par la même occasion les libertés fondamentales auxquelles nous tenons tant.

Dans ce récit, un chef tyrannique, le roi Bouffon, prend ombrage des dessins des enfants. Tout à leurs œuvres, ses jeunes sujets, selon lui,  ne l'admirent pas à sa juste valeur. Aussi décide-t-il de détruire tous les crayons.  Première victime, sa propre fille ! Tout espoir est-il mort ?

A travers cet album, sublimé par les dessins pastels de Loren Bes, l'auteure et l'illustrateur vont plus loin que les dessins de presse, le temps de prendre du recul et de nous conter toute une histoire.  De façon métaphorique, les jeunes lecteurs y découvrent ainsi que l'espoir finit toujours, tôt ou tard, par renaître, que les rêves, même réduits en cendres, finissent par refaire surface. 


"Jamais tu ne pourras nous priver de nos crayons.  Chaque fois qu'ils seront détruits, d'autres repousseront !"

Cette vérité, ils pourront, telle la petite princesse de ce récit, la conserver comme un trésor et, pourquoi pas - gardons nous aussi espoir -, comme le suggère le final de cet album, changer le monde et ses dirigeants.

Pour les fans de l'illustrateur, ils pourront découvrir quelques-uns des crayonnés préparatoires de l'artiste en fin d'album.  

Bref, un bel ouvrage, tant sur le fond que sur la forme.  

Pour la petite anecdote, cet album acheté en vue de notre swap de l'été A l'ombre du grand arbre, est parti en Bretagne combler - je l'espère - Alice du blog A lire aux pays des merveilles.

Photo : Alice - A lire aux pays des merveilles


Pour aller plus loin :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...