samedi 17 janvier 2015

De l'autre côté du mur


Louise, coincée dans un fauteuil roulant depuis un accident de cheval, s'est repliée sur elle-même, s'empêchant de vivre et d'être heureuse.
Un jour cependant, elle entend une voix de l'autre côté du mur.  Bien décidée à asséner ses quatre vérités à celui qui ose déranger son malheur, elle s'aventure pour la première fois au fond de son jardin...  Un petit coup de roue vers la guérison ?  

Voilà un petit roman jeunesse qui vous donne du baume au cœur.  Au fil des pages, on assiste avec bonheur à la renaissance d'une ado qui se croit brisée.  A sa rage auto-destructrice fait progressivement place une ouverture salvatrice vers les autres. Ce changement, elle le doit à monsieur Charles, son voisin : un vieil historien, lui aussi en fauteuil roulant, qui refuse de s'apitoyer sur son sort, la bouscule dans son train-train et l'oblige à aller de l'avant.  

A cette amitié inter-générationnelle viennent s'ajouter d'autres leviers qui finissent par sortir Louise de son marasme : l'éveil de sentiments amoureux pour Léo,le petit-fils craquant de son voisin, et le mystère qui plane sur la relation que le vieil homme entretenait jadis avec Irina, sa voisine russe...

Cette histoire de voisinage est l'occasion d'évoquer une belle histoire d'amour ainsi qu'une page sombre de notre histoire, celle des dénonciations des Juifs aux autorités allemandes durant la Seconde guerre mondiale.  

Louise va apprendre à connaitre ces deux vieux, va tenter de comprendre ce qui les a éloignés et essayer de les rabibocher. L'un et l'autre vont l'embaucher, le premier pour l'aider dans ses travaux de recherche lorsque son petit-fils est absent ; l'autre pour lui faire la lecture...

"- J'espère que tu aimeras.  C'est un de mes auteurs favoris.  Ce livre, je l'ai lu et relu je ne sais combien de fois.  Mais j'y prends toujours autant de plaisir.
Sur la couverture, je lis : Les Semailles et les Moissons, Henri Troyat.
-Il est d'origine russe, lui aussi, comme mon père.
- Ça parle de quoi ?
- D'amour, ma petite.  D'amour, toujours.  Car c'est l'amour qui devrait diriger le monde, et non la haine, comme c'est bien trop souvent le cas."

En les côtoyant, Louise va briser un à un les murs de la "prison" qu'elle s'est évertuée à construire autour d'elle. 

Ce roman porte ainsi en lui un message d'espoir : rien n'est jamais plié dans la vie !  Derrière les coups bas, les coups durs, il y a une possible résilience. Tous les personnages de ce récit en feront l'expérience !

Ce livre a reçu le prix du Salon du livre de Limoge 2003.  Il est réédité ici avec une nouvelle couverture signée Julien Castanié.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...