mercredi 17 septembre 2014

Le pianiste, la sirène et le chevalier


Ker éditions, 17/09/2014
Aujourd'hui sort, aux éditions Ker, le premier roman jeunesse de Jean-Luc Cornette.  Plus connu comme scénariste et dessinateur B.D., il s'essaie ici - avec beaucoup de succès - à un exercice quelque peu différent.  A tel point qu'il a préféré ne pas illustrer lui-même son histoire et en confier la tâche à un autre dessinateur lui aussi reconnu, Thomas Gilbert.

"Le paradis est parfois juste une rue plus loin.  Deux ou trois enjambées et l'univers change."

Par une froide nuit de décembre 1781, après un concert, Lulu, jeune pianiste prodige, décide de fuguer, afin de fuir un père-maitre de musique aigri et tyrannique. Dans son errance à travers les rues de Rotterdam, il fait la rencontre d'Elsje, la petite sirène, oubliée par son père pêcheur dans de vieux cageots abandonnés. Tous deux décident de voir la mer...  En chemin, il croise la route d'un troisième larron, Rod, le chevalier déchu.  Commence alors un voyage au bout de la nuit qui les changera à jamais.

Le pianiste, la petite sirène et le chevalier nous relate la rencontre impromptue et le périple nocturne de trois personnalités hors du commun, Lulu et Elsje, deux enfants à l'aube de leur existence et pourtant déjà malmenés par la vie, et Rod, un vieux soldat rongé par son passé militaire.  Ce "voyage au bout de la nuit" leur permet de s'épancher, de se libérer de leurs malheurs et de se projeter dans un avenir meilleur.

Au bout du voyage, naît entre nos trois comparses une amitié aussi belle et forte qu'inattendue, de celles qui marquent pour la vie, de celles qui prennent tout leur sens quand on retrouve notre narrateur, Lulu, des années plus tard. Devenu un illustre pianiste, il se souvient avec émotion de cette nuit où il a pris son destin en main.  Il se remémore aussi le courage de ses deux compagnons de route et suspend alors le geste funeste qu'il s'apprêtait à commettre...

Derrière la fiction se cache donc la réalité biographique d'une des figures les plus marquantes de l'histoire de la musique.  Loin d'une biographie indigeste, Jean-Luc Cornette nous offre ici un conte quasi philosophique où les valeurs fondamentales que sont l'amitié, le partage, l'espérance, la liberté et la beauté constituent la plus belle des symphonies.

On vibre à l'unisson de ces trois "enfants blessés dans un monde d'adultes" qui, grâce aux très belles illustrations en noir et blanc de Thomas Gilbert, prennent vie sous nos yeux.



Quant à la plume de l'auteur, elle est aussi efficace que son coup de crayon de dessinateur. Même si le texte s'adresse avant tout aux plus jeunes lecteurs, à partir de 10-11 ans, le vocabulaire est soigné voire recherché et ne cherche nullement à édulcorer les épisodes de vie racontés.  Ainsi, les lecteurs seront certainement marqués par les récits de Rod, ce chevalier repenti ; d'Elsje, cette petite sirène malgré elle et de Lulu, ce pianiste formé à la dure.  Cette plongée dans les événements dramatiques qu'ils ont vécus et, du même coup, dans la noirceur de l'humanité et les vilains coups du sort de la vie n'est pas gratuite. Au fil de la narration, on s'attache irrémédiablement à nos trois héros et on admire leur pureté d'âme...  Au bout du chemin, on renoue avec l'espoir...  celle d'une humanité capable du plus beau !  

Pour aller plus loin :


1 commentaire:

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...