vendredi 1 août 2014

Pueblo


"Mais comment deviner ce que nous réservent les intrigues de la vie ?  Ses déflagrations ne nous atteignent qu'à retardement..."

Après plus de dix ans de silence et une réponse à une invitation revenue avec la mention "adresse inconnue", la narratrice retourne au Mexique sur les traces de Nacha, une amie mexicaine qu'elle a côtoyée des années auparavant alors qu'elle vivait à Mexico.  Lors de ce périple à travers le pays, elle se souvient de leurs précédentes rencontres et des histoires rocambolesques qu'elle lui racontait. Au fur et à mesure de ses réminiscences, elle tente de reconstituer le puzzle : qui est en réalité cette femme "imprévisible, remuante, fantasque" qui l'a tant impressionnée ?

Ce roman, à la structure narrative non linéaire, nous dresse pièce par pièce, au gré des souvenirs de la narratrice, le portrait tout en contrastes d'une femme de condition très modeste qui s'évertue à brouiller les cartes du destin pour offrir à ses enfants un avenir meilleur.

Par le biais de ce pèlerinage de la narratrice, nous devenons à notre tour les dépositaires des histoires extraordinaires que lui contait Nacha.  De celle de sa mère, Tomasita, petite fille indienne, sauvée par un lieutenant de Poncho Villa à celle de sa fille, Adelia, denue Dalia pour entrer dans le grand monde, en passant par la sienne, femme courage qui n'est pas tombée amoureuse du bon bougre...

On découvre un personnage haut en couleur au talent de conteuse indéniable, qui aime le cinéma, la littérature et l'histoire de son pays, à tel point que ses personnages fétiches deviennent pour elle des personnes de chair et de sang.

Une femme forte marquée intimement par un sort qui n'aurait pas dû être le sien ; hantée par les conséquences de ses choix, par les fantômes de ceux qui l'ont rejetée, de ceux qui lui ont jeté un "Vete" à la figure...

"- Quelqu'un te dit: "Va-t'en !", te montre la porte, et tu ressens ce que tu vaux aux yeux des autres.  Rien.  Et de ça, tu ne te remets pas, tu te lo llevas en el alma, tu l'as sur l'âme comme un trait noir et ça ne s'efface pas : on t'a biffée, rayée.  Que se chingue esse maldito chico !"
De la narratrice, on apprend peu (on ignore d'ailleurs son prénom) si ce n'est qu'elle et Nacha se ressemblent...  Par contre, un troisième personnage emplit toutes les pages.  Il s'agit de ce Mexique profond - que peu de touristes ont la chance de découvrir - que l'auteure nous décrit avec tant de verve, de manière quasi cinématographique... 


"Plaine désolée, qui persiste à s'étendre à perte de vue.  Flore : minuscules marguerites jaunes, sortes de boutons d'or, et fleurettes blanches dont l'odeur de miel entêtant s'infiltre par la fenêtre qu'a ouverte mon voisin et embaume tout le bus.  Des yuccas et des buissons épineux.  Et, plus rares, des cactus à l'arrondi couvert d'un duvet rose. Des eucalyptus malingres et bas, en peloton."
Petit à petit aussi, à l'instar d'un des films préférés de Nacha, L'année dernière à Marienbad, réalité et illusion se mélangent. Et si tout ceci n'était qu'un mythe, une légende qui participe à dresser le portrait de ces femmes d'Amérique latine, belles, fortes et piquantes qui, bien que conscientes qu'on n'échappe pas à son destin, se débattent comme de beaux diables, "sait-on jamais..." ?

En bref, comme la narratrice, on se laisse investir par les histoires de Nacha. La plume de l'auteure est envoûtante. Peu importe l'endroit où l'on se trouve, on est transporté à des milliers de kilomètres : dépaysement garanti !  Et si, au départ, on est un peu surpris par cette narration décousue, on perçoit très vite, avec un réel plaisir de lecture, la connexion qui permet de passer d'un chapitre à l'autre, voire d'un paragraphe à l'autre : celle d'un souvenir qui en appelle un autre...  

2 commentaires:

  1. De fil en aiguille, je me retrouve chez toi.
    Tout d'abord le "Femmes d'aujourd'hui" avec un article sur Ker éditions.
    Du site de l'éditeurs, j'arrive chez toi.
    Le monde est petit quand même !
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi ! Hi ! Merci d'avoir suivi le parcours Philippe :-)

      Supprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...