dimanche 10 août 2014

Pauline ou la vraie vie - l'intégrale


Il y a quasi tout juste un an, je vous rédigeais un billet dithyrambique sur les extraits de ce titre mis en vente le 12/09/2013.  Je terminais d'ailleurs mon texte en vous précisant ma hâte de lire les 638 - 137 pages qui me manquaient !

Chose faite durant ces vacances !  On aurait pu craindre que, comme au cinéma, l'extrait reprenne les meilleurs morceaux et que le reste n'ait pas grand intérêt au final...  Il n'en est rien !  Les cinq romans en un se lisent avec facilité et énormément de plaisir. 

Et mon avis n'a pas changé d'un iota.   Guus Kuijer, cet auteur hollandais qui a obtenu en 2012 le prestigieux Prix Astrid Lindgren pour l'ensemble de son oeuvre, se met à merveille dans la peau d'une ado de nos jours confrontée aux difficultés que rencontrent bon nombre de jeunes de son âge : des parents séparés qui cherchent à reconstruire leur vie ; des familles recomposées ; une société pluriculturelle porteuse de richesses mais pas exempte d'incompréhensions parfois voire de frictions ; une société où les religions sont sur la sellette, où la violence, les inégalités et la misère existent...  Bref, un troisième millénaire en pleine mutation où les jeunes doivent trouver leur place.

Pauline s'en sort à merveille.  Avec intelligence et humour, elle pose sur la vie et son entourage un regard à la fois lucide et empreint de poésie.  De ses onze ans à ses treize ans, on la suit dans son quotidien fait de hauts et de bas. S'y télescopent tous les ingrédients fondamentaux de la vie : la famille, les amis, l'amour, la maladie, la mort...  Il y a la fragilité de son père toxico qui se cherche et puise dans sa fille la force d'avancer, de changer ; sa mère qui se met en couple avec son instituteur ; son amour compliqué pour son amoureux marocain promis à une jeune fille de son pays ; ses weekends à la campagne chez ses grands-parents ; son affection pour sa vache, Pauline ; sa façon bien à elle de faire son deuil d'un proche, de prier, d'aider son amie Consuelo, de faire de la poésie ... 

Une série de petits et grands événements qu'elle nous relate avec un franc-parler bien à elle, une forme d'auto-dérision aussi qui vous donne la pêche. 

Les titres des chapitres, titres-résumés, y participent également.  Quant aux illustrations à la fois simples et pleines d'expression d'Adrien Albert et aux poèmes de Pauline, ils rendent le texte encore plus vivant.  


"Comprendre, c'est voir
des images dans le noir,
c'est entendre des notes
qui chantent et chuchotent." 

"Quand quelqu'un meurt,
est-ce que l'amour s'arrête ?
Et que devient un cœur
qui vole en miettes ?"


Une fois la dernière page tournée où l'on peut lire ces simples mots : "Ça y est, j'ai treize ans.", on n'a qu'un espoir, pouvoir la suivre encore pendant des années !

Pour aller plus loin :

1 commentaire:

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...