dimanche 24 août 2014

Paul à la campagne - une édition XXL pour son 15e anniversaire

La Pastèque, 22 août 2014 (pour la France)



Voilà quelque temps que je découvre avec bonheur des titres en provenance de l'autre côté de l'Océan par le biais de l'excellente maison d'éditions québécoise La Pastèque.  Cette année, elle a d'ailleurs remporté le BOP - le prix Bologne du meilleur éditeur jeunesse d'Amérique du Nord.

Ici, il s'agit d'une publication particulière.  En effet, pour le 15e anniversaire de la sortie de Paul à la campagne, une bédé "personnelle et intimiste" de Michel Rabagliati, l'éditeur ressort cet album en grand format (39,4 x 29,6 x 2 cm) et tout en couleur.  A l'intérieur, on y retrouve deux récits : Paul à la campagne bien sûr mais aussi Paul apprenti typographe (mon préféré !). S'y ajoutent six très belles photos (aussi en format XXL), quatre du matériel du dessinateur (l'encrier, les pinceaux, la loupe...) et deux photos issues de ses albums-souvenirs.

L'album s'ouvre sur l'une d'elles, celle de Michel Rabagliati enfant et de son meilleur ami, photo qui va lui donner le point de départ des aventures, en grande partie autobiographiques, de son personnage.  Dans le texte qui suit, l'auteur revient sur son parcours et notamment sur les chemins de traverse qu'il a suivis avant d'en arriver (revenir) à la bédé.  Il s'inscrit alors dans la mouvance des années 90 où l'on voit apparaitre des récits longs pour un public adulte.  On parle de bédé "alternative", "d'auteur" ou de "graphic novel" en anglais.

Dans les premières pages, on découvre aussi les premières crayonnés de ses personnages.  


Mais il est temps de passer à la première histoire... Paul, accompagné de son épouse et de sa petite fille, part passer quelques jours à la campagne chez son père.  C'est pour lui l'occasion d'un déferlement de souvenirs d'enfance.  Il y a les bons : la "Oldsmobile" de son père ; le chalet de leurs vacances ; les jeux avec son meilleur ami, notamment les baignades et les parties de pêche épiques ; les merveilleux bibelots de sa tante Janette qui était chapelière, etc. Du côté des moins bons, il y ces deux moments forts (je vous les laisse découvrir)  où il se rend compte que la mort, ce n'est pas, vraiment pas, comme au cinéma !  

Dans la seconde qui aurait  pu aussi s'appeler Paul apprenti accordéoniste, il nous raconte son attrait pour le "piano à bretelles" et ses premiers pas un peu laborieux dans la musique avec une prof qui lui faisait un peu peur.  De ce "clavier" à celui de la Linotype, il n'y a qu'un pas puisque cette histoire est surtout l'occasion de nous faire découvrir un métier aujourd'hui disparu, métier qu'exerçait avec passion son père dans les années 60, celui de typographe. Occasion de mesurer aussi "tout le labeur qu'il fallait déployer, en ces temps héroïques de l'imprimerie, pour produire une seule ligne de texte."  Alors qu'aujourd'hui, on peut choisir une police de caractère d'un simple clic !

Ce retour en arrière un brin nostalgique nous est conté avec beaucoup d'humour et d'émotion.  On y retrouve toute la candeur de l'enfance confrontée aux choses de la vie. L'aspect émouvant est plus palpable encore dans la seconde histoire.  Dans celle-ci, Paul raconte avec fierté les moments de complicité passés avec son père, en particulier dans son atelier de typographe. Lieu qui s'apparentait pour lui à la salle des machines d'un transatlantique.  Il y découvre ainsi émerveillé les coulisses de ce métier, un "métier d'artiste", un métier qui fait des livres !

Même si on a plutôt droit dans ce premier tome des aventures de Paul à une série d'instantanés qu'à une histoire suivie, que le style du dessin et du découpage des cases se rapproche plus des comics américains que de la bande dessinée européenne et que les québécismes sont parfois un peu déroutants, cette bande dessinée a vraiment réussi à me charmer. Sans doute parce que la sincérité du propos m'a touchée et que les clins d’œil humoristiques ont fait le reste ! 

Ce très bel objet, déjà sorti au Québec depuis novembre 2013, est sorti chez nous le 22 août !


Pour aller plus loin :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...