samedi 23 août 2014

Le grand Antonio

La Pastèque, 22/08/2014 (en France)

Comme pour Mon ami Bao, un autre titre publié aux éditions de La Pastèque, Le Grand Antonio se base sur une histoire vraie.  Bao Xishun était l'homme le plus grand du monde ;  Antonio Barachievich, l'homme le plus fort.

Cette personnalité est très connue au Québec et l'auteure qui l'a croisé dans la rue comme de nombreux Montréalais, lui rend hommage à sa façon, mêlant fantaisie joyeuse et réalité biographique.  Un hommage drôle et triste à la fois... 

Les jeunes lecteurs retiendront les exploits de ce homme hors normes qui pouvait tirer des charges phénoménales et faire virevolter les enfants accrochés à ses immenses tresses.  Ils se demanderont d'où il pouvait bien puiser sa force.  Si elle lui venait de ses parents bûcherons, d'ours qui l'auraient élevé, voire même, pourquoi pas, d'une origine extra-terrestre !  Ils seront attirés par les dessins colorés et les lettrages rigolos.  Ils trouveront certainement cool d'être aussi balèze que lui !  Et ne verront pas le personnage de foire qu'il pouvait représenter aux yeux de certains.

Les parents auront quant à eux une autre lecture, plus nuancée, découvrant entre les lignes ce que l'auteure a volontairement quelque peu édulcoré.  Le fait que derrière cette façade d'Hercule vivant, qui a connu ses heures de gloire et a cultivé le mystère jusqu'à la fin de ses jours, se cache un homme qui a fini sa vie seul, dans la rue, où il est mort sur un banc dans l'indifférence quasi générale...  Ils s'intéresseront alors peut-être d'un peu plus près à la biographie de ce colosse aux pieds d'argile.

La vérité se situe sans doute quelque part entre les deux, entre flamboyance et déchéance, dans une humanité où se côtoient zones d'ombre et de lumière. 

Bref, derrière son sympathique colosse poilu à la peau rose, Elise Gravel a réussi à nous transmettre un portrait à la fois tendre et contrasté  de cet homme pas tout à fait comme les autres !  Un beau tour de force !

Pour aller plus loin :



2 commentaires:

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...