mardi 29 juillet 2014

Les lampadaires du parc


Les lampadaires du parc d'Ahmed Kalouaz est le deuxième titre reçu par Alice - A lire aux pays des merveilles dans le cadre de notre swap A l'ombre du grand arbre de cet été.

Pour rappel, pour son colis, Alice a choisi comme fil rouge les livres, les bibliothèques et les librairies.

Dans ce petit roman, Quentin, ado des cités, à Nîmes, se réfugie dans les mots pour échapper à la violence et le manque d'amour qui suintent de partout.  Le jour, comme tous les gamins du quartier, pour faire partie de la bande, il "s'amuse" à faire voler en éclats les carreaux de l'usine désaffectée. Le soir, dans son carnet "des mots de nuit", il se demande, sur les lignes qu'il trace "pourquoi il faut hurler ou démolir, au lieu de dire qu'on a juste besoin de tendresse". 

Pour s'empêcher de sombrer comme bon nombre de grands de la cité, il écrit et il lit, avidement, les livres qu'il peut emprunter au bibliobus.  Et puis arrive une troupe de théâtre...  et un projet de spectacle à monter avec les gens de la cité...

Dans ce récit, l'auteur évoque avec beaucoup de justesse, de pudeur et énormément de poésie l'avenir bouché des gamins des cités, pris dans la spirale négative du manque de travail, de perspective, d'espoir, d'amour.  Son héros aimerait tant que son père s'asseye comme avant au bord de son lit, que ses parents se regardent à nouveau complices, que les mots remplacent les silences, le manque de tendresse...  Et encore, il est plutôt gâté par rapport à ses copains pour qui "les paroles de leurs parents, à ce qu'ils disent, sont des cris qui gercent la peau et les cœurs".  

Pour s'échapper, il a son jardin secret : celui qu'il construit au fil de ses lectures. Pourtant, l'accès à cette fenêtre sur le monde n'est pas simple.  Les passages où il explique qu'il engloutit directement les quatre livres qu'il peut emprunter pour pouvoir en louer quatre autres, ceux où il fouille le conteneur de vieux papiers afin de dénicher des ouvrages déjetés par les mieux nantis ou, encore, lorsqu'il regrette de ne pouvoir consulter tout son soul le dictionnaire, son livre préféré, sont particulièrement émouvants.  Ils nous font mesurer toute la chance que nous avons de pouvoir librement et aussi facilement accéder à la culture.

Car, le salut de notre jeune héros est bien là.   C'est dans les mots, ceux qu'il lit, ceux qu'il écrit, ceux qu'il espère jouer, qu'il puise la force de tourner le dos au destin tout tracé de ses camarades de jeux.


"C'est quand je suis sans lecture que le bruit du verre vient me hanter.  Je sais que ça commence par cet émiettement.  Les vitres, c'est un jeu d'enfant, mais devenus grands, les gars d'ici aiment se donner des noms de guerre, entonner des cris de rage."

Se glisse cependant entre les lignes énormément d'humour.  Ce gamin, on s'y attache d'emblée et on sourit à sa débrouillardise et aux mésaventures de sa bande, notamment lorsque ses copains et lui se mettent en tête d'installer leur propre salle des jeunes...

En bref, un petit récit bouleversant qui vous cueille au cœur, où la lecture n'est pas seulement un plaisir, un loisir, mais surtout un moyen d'émancipation ; une histoire où l'on redécouvre que non, la misère n'est pas moins pénible au soleil ; un auteur qui, malgré la dureté du sujet, a la plume aussi légère que les ailes d'un papillon ; une très belle découverte !


"Tous les enfants de la cité ne volent pas, mais les lumières de la ville les attirent.  Toutes ces choses, ces objets promis à d'autres, ils viennent tourner autour comme des papillons, s'étourdir à leurs pollens, frôler la lumière, avant de s'y brûler."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...