mercredi 2 juillet 2014

Le stylo


"Cette banale histoire de stylo révèle les labyrinthes de l'âme humaine !"

Avec ce titre, Frank Andriat s'est amusé. 

Tout d'abord, en y mettant en scène plusieurs de ses héros fétiches.  On y retrouve ainsi avec intérêt Dragul Zorb, un des personnages clés de sa dernière série, Les aventures de Bob Tarlouze. Ce prof de mathématiques énigmatique a tout du vampire dont il porte le nom et ce récit permet de mieux comprendre le pourquoi et le comment.
Autre personnage plus ancien évoqué lui aussi dans ce roman, Papy Bonbeurre, le professeur de français humaniste de, entre autres, Monsieur Bonheur. Derrière lui se profile, on n'en doute point, l'auteur lui-même ! Même s'il s'en défend comme il me le confiait lors d'une interview pour le blog collectif A l'ombre du grand arbre :

"Si je pouvais tous les jours être aussi sympa que mon personnage, Monsieur Bonheur, je serais heureux !  Il est en quelque sorte le prof idéal, celui que j'aimerais être en chaque circonstance, mais ce n'est évidemment pas le cas ! Cependant, pour tout avouer, l'idée du livre vient de mes élèves (une fois de plus) qui, entre eux, me surnommaient ainsi.  Il paraît que j'ai souvent le sourire et que je râle peu."
Ensuite, de par le lieu de l'intrigue qui se situe dans une classe et dans une école qui pourrait très bien être celle où Frank Andriat travaille.  Sa dédicace le laisse d'ailleurs sous-entendre puisqu'il dédie ce livre "à celles et ceux qui font vivre l'athénée communal Fernand Blum qui a fêté son centenaire en 2013". De cet anniversaire, il est de plus question dans un chapitre intitulé "Portrait de l'école".

Enfin, de par le sujet.  L'auteur aime les énigmes et nous l'a prouvé à de très nombreuses reprises. Ici, elle tourne autour du vol d'un stylo.  Rien de bien méchant en apparence au départ et, pourtant, ce larcin donne lieu à un détricotage en bonne et due forme du microcosme d'une classe.  Sous la houlette de Dragul Zorb, secondé par l'efficace éducatrice, Christina Punto, les élèves, tour à tour, baissent les masques. On découvre ainsi que, même au sein d'une classe, les apparences sont trompeuses.  Et l'auteur s'ingénie, sans concession, à nous faire découvrir les jeux d'influence qui se tissent entre nos jolies têtes blondes.  Dans la foulée, il glisse de-ci de-là quelques réflexions bien senties sur notre système éducatif à la belge, ne s'épargnant pas lui-même au passage.   

Le lecteur, lui aussi, s'amuse.  

Le récit suit le déroulement de l'enquête minute par minute.  Ainsi, à l'instar d'une série comme "24 heures", on parcourt des chapitres déroulant le timing d'une heure de cours. Pour l'occasion, ils sont renommés "Minute 1", "Minute 3", etc. Ces chapitres sont entrecoupés de portraits des principaux protagonistes ainsi que des comptes-rendus des interrogatoires des principaux suspects.

Si, très vite, on découvre qu'un élève tire les ficelles du fond de la classe, on ignore son identité et ses véritables motivations jusqu'à la fin.  Le roi finit par tomber mais bien d'autres pièces sont bousculées avant l'échec et mat.

Ce petit roman se lit donc d'une traite et on se surprend à jubiler à chaque coup gagnant de l'ignoble mais néanmoins brillant Dragul Zorb et de sa comparse sur l'affaire.

Car, pour un prof, ce livre a comme un petit effet cathartique.  En effet, combien de fois ne sommes-nous pas confrontés à ce genre de problème en classe.  Face à un combat pour découvrir la vérité souvent perdu d'avance, nous nous retranchons derrière l'argument qui tue : c'est pas mon job !  Et, frustrés de laisser le cerveau de l'affaire s'en tirer, nous tentons, tant bien que mal, de poursuivre le cours. Ici, l'enquête est pour une fois menée à son terme et le manipulateur démasqué.  Jubilatoire !  Cela le sera aussi pour tous les élèves qui, au quotidien, sont les victimes impuissantes de ces meneurs.  Et, pour ces derniers, ils apprendront que "la belle mécanique de leur intelligence" peut s'enrayer en tombant sur plus fort qu'eux !

Bref, un titre saignant (formule que ne renierait certainement pas notre Dragul Zorb) qui vous fera passer un excellent moment !

Pour aller plus loin :



   

1 commentaire:

  1. Je n'ai pas encore lu celui-ci. Apparemment j'en ai encore quelques-uns à découvrir;..
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...