Accéder au contenu principal

Comme des images

Éditions Sarbacane, 2014

Jamais l'image de soi n'aura eu autant d'importance qu'en cette ère de la réalité virtuelle !  En mettant notre vie privée en pâture sur les réseaux sociaux, chacun de nous s'offre au regard des autres.  Un regard qui juge sur les apparences.  Mais au final, personne n'est dupe, les apparences sont plus que jamais trompeuses !

Prenez l'illustration de cette couverture par exemple.  Y sont représentées deux jeunes filles, des jumelles.  Toutes deux semblent prêtes à plonger avec allégresse vers leur futur programmé et les plus hautes fonctions auxquelles les prépare le lycée huppé qu'elles fréquentent. 

Pourtant, à y regarder de plus près, l'une semble sûre d'elle, un petit sourire accroché au coin des lèvres, alors que l'autre semble bien plus inquiète... 

Comme souvent chez les vrais jumeaux, il y a l'extravertie, la brillante Léopoldine, la coqueluche de l'école, qui vient de plaquer Tim, le beau gosse, pour Aurélien, son antithèse, et Iseult, plus introvertie, qui ne quitte pas son carnet de croquis.  Entre les deux, la narratrice, celle qui est témoin du raz de marée qui s'abat sur le petit microcosme que constitue leur lycée.  

En effet, un matin, tout l'entourage de Léopoldine (parents, professeurs, élèves) reçoit un mail avec une vidéo des plus compromettantes, une sextape qu'elle avait tournée pour Tim.

Au fil de la journée, on assiste à un huit clos dans un monde impitoyable où il n'y a pas de place pour les plus faibles... 

Autour de ce sujet délicat et combien d'actualité de l'atteinte à la vie privée, l'auteure évoque en effet un univers loin d'être rose.  Non !  Les jeunes ne sont pas sages comme des images.  Ils peuvent se montrer cruels et d'une indifférence effarante.  Cet événement les ébranle si peu au final.  Génération zapping, en à peine une journée, ils ont tôt fait de passer à autre chose.  A commencer par la principale intéressée qui se préoccupe davantage des conséquences que pourrait avoir cette mésaventure sur son avenir professionnel que de sa réputation dans son lycée.  Habituée à jouer de son image, cet événement l'écorne à peine.

Quant aux adultes, ils se montrent peu présents, dépassés ou déversent leurs aigreurs, comme ce prof de langue méprisant des élèves qui vont le surpasser professionnellement.

Pourtant, parmi tous ces personnages qui semblent interpréter une mauvaise pièce, un être souffre... Comme les vases communicants, plus Léopoldine redresse la tête, plus Iseult s'enfonce.  Et cette affaire est un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase...

Faux-semblants ; amitiés factices, qui se font et se défont ; poids quasi insoutenable des attentes des parents, de la société ; difficultés d'être soi, d'exprimer ses sentiments ; l'auteure nous dépeint une jeunesse qui n'est vraiment pas simple à vivre. 

Et pourtant, malgré cette image hyper réaliste et quelque peu désabusée de jeunes pour qui le paraître prime sur l'être, on tourne avidement les pages, histoire d'aller au bout du voyage et de découvrir ce qui se cache derrière les premiers mots sibyllins qui ouvrent le roman :
"Il y a un corps dans la cour du lycée Henri IV."
Une lecture qui trotte en tête et qui vous rappelle qu'il faut plus que jamais regarder au-delà des apparences et renouer une solidarité interpersonnelle perdue.

Un texte moderne où l'auteure mélange avec art réflexions de sa narratrice et documents variés, règlement d'ordre intérieur, conversations instantanées sur Facebook, etc.  Le tout formant un récit vif qui vous entraîne toujours plus loin dans la découverte des travers de notre société individualiste.

Un roman qui plaît énormément mais qui dérange tout autant puisqu'il appuie là où ça fait mal !


"Je me plaindrai jusqu'à ce que je trouve la grande porte verte qui me fera passer du lycée à la rue, et de l'image au réel ; et ensuite je fabriquerai quelque chose de plus vrai, de plus beau, de plus logique, dans ce grand monde de macadam."

A lire, d'une traite !

Pour aller plus loin :

Commentaires

  1. "à lire d'une traite", je pense que c'est ce que je ferais quand la commande sera livrée! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Quel roman !!
    (et merci pour le petit mot final ♥)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...

Posts les plus consultés de ce blog

Serial Killer

Avis aux élèves de l'IPC et aux autres qui utiliseraient Voie Active Français 2e!  Cet article a déjà été vu 540 fois!  Votre intérêt me touche!  Attention toutefois, cette nouvelle fait également l'objet d'un exercice d'écriture...   donc évitez d'effectuer un "copié-collé"!!!! A bon entendeur, salut!


Sylvaine Jaoui, Serial  Killer (Ensemble-Tsédaka), éditions Martinière jeunesse, 2007
Avez-vous déjà participé à une opération "Papy d'un jour"?  Oui?  Non?  Lucas, lui, ne peut y couper.  L'idée de M. Marchal, son professeur d'histoire, ne l'emballe pas du tout.  Et c'est le moins qu'on puisse dire.  Il ne voit pas pourquoi, ne bénéficiant pas lui-même de grands-parents gentils, il irait se "taper les inconvénients des vieux des autres."  La rencontre organisée à la maison de retraite "Les oranges bleues" tourne au cauchemar lorsqu'il se met enfin à lire les lettres de "son papy", un certa…

Moi, Boy - Roald Dahl se raconte

Dans Moi, Boy, le grand Roald Dahl évoque les "incidents" qui ont émaillé ses premières années de vie, de sa naissance à ses vingt ans (de 1916 à 1936).  Ceux qui lui ont laissé un souvenir impérissable.  "Certains furent drôles.  Certains douloureux. Certains déplaisants." comme il le précise dans sa préface.
On est cependant bien loin d'une autobiographie classique et pompeuse.  Ces pages se lisent avec autant de plaisir qu'un autre récit de l'auteur.  On y retrouve son humour, son sens inné du récit et on y croise bon nombre de personnages qui semblent familiers - comme tout droit sortis de ses romans !
Au fil des anecdotes évoquées, on découvre ainsi quelques-uns des éléments fondateurs de son oeuvre.  Parfois, il nous l'indique lui-même comme lorsqu'il évoque le lien entre son idée d'écrire son second roman jeunesse, Charlie et la chocolaterie, et les bâtons de chocolat qu'on leur faisait tester lorsqu'il était au collège.  D'…

A vos risques et périls

Editions Thierry Magnier, 2007 Coup de coeur Ricochet / "Ado d’or" du magazine "Ados-livres / Prix Trégor Ado / Prix de la Citoyenneté / Prix Lire@Sénart
L'histoire:
6 ados (3 filles, 3 garçons), une ile perdue dans l'océan Indien, des épreuves, des caméras, 12 semaines d'aventure avec, à la clé, l'espoir pour chacun de remporter 10.000 euros!  Bienvenue dans l'émission "A vos risques et périls"!  Jamais une émission de téléréalité n'aura mieux porté son nom!
Mon avis:

Ce livre m'a réellement surprise et j'ai passé un excellent moment en sa compagnie.  Pourtant, au début, j'ai pensé (à tort) que l'auteur ne s'était pas foulée et nous proposait une simple transposition de tout ce que l'on peut voir depuis des années sur nos petits écrans: l'arrivée en hélicoptère et le largage au bout d'une corde, la construction de la cabane, la recherche de nourriture, les tensions dans le groupe, les vrais ou faux rappro…