samedi 23 novembre 2013

Zombillénium 3. Control Freaks - Jamais les monstres ne nous ont été aussi familiers !




Rien ne va plus au parc Zombillénium qui, comme toutes les entreprises, connait la crise !  Aurélien a le blues post-mortem ; le directeur, Francis Von Bloodt, a dans ses pattes un consultant aux dents longues, venu  l'"aider" à redresser la barre et le personnel craint les licenciements et la descente au 9e sous-sol !  La situation vire vraiment au cauchemar lorsque Bohémond Jaggar de Rochambeau, l'envoyé de Béhémoth, enfreint la règle n°1 : "On ne tue pas d'humains"... Ses nouvelles méthodes de management sont loin de faire l'unanimité, chez les mortels comme chez les freaks !   

"Le parc a faim.  Il doit engloutir des âmes, c'est le deal. (...)  Le parc est une pompe (...).  Une pompe qui envoie du fric aux actionnaires et des âmes à Béhémoth."
Avec ce 3e volet des aventures du parc Zombillénium, on replonge avec délectation dans cet humour noir qui réunit en un même lieu l'univers impitoyable du business et celui des freaks.  Nos monstres, vampires, loup-garous, zombies, etc., sont en proie aux mêmes affres que le commun des mortels. Rendement à tout prix, dépression, burn out et cie.  Le contrat avec Béhémoth est en béton.  La moindre faute, la moindre faiblesse et vous voilà à travailler comme forçat dans les entrailles du parc afin de faire tourner celui-ci.

Aurélien, lui, est encore à se poser des questions : Pourquoi le parc l'a-t-il embauché ?  N'y a-t-il aucun moyen de mourir pour de bon ?  En bon juriste qu'il était, il est persuadé qu'il doit y avoir une faille !

Les réponses sont peut-être à trouver du côté de notre sorcière préférée, Gretchen, qui dévoile quelques-une des raisons qui l'ont poussée à jeter son dévolu sur Aurélien.  L'intrigue prend ainsi plus de relief.  A la vie du parc , malmené par la crise, s'ajoute une histoire de vengeance et peut-être d'amour...  De quoi donner aux lecteurs l'envie de lire immédiatement la suite !

Côté dessin, rien à redire.  Il est toujours aussi soigné et le découpage des vignettes donne beaucoup de dynamisme à l'ensemble.  



Pour ma part, j'ai lu une première fois pour l'histoire en elle-même et une seconde pour admirer le dessin et sa multitude de détails.  Ainsi, par exemple, on retrouve une vignette qui met en scène une femme hurlant de peur dans la maison hantée.  L'auteur s'est directement inspiré de photos prises en direct dans un parc d'attractions, photos qui ont circulé sur le net.  Bluffant, non ? 






Pour ce qui est du texte, on sourit - jaune - aux "ce sont toujours les vieux qui partent en premier", "ils veulent faire du fric", etc.  Phrases qui rythment malheureusement nos actualités.  Le fait que ce sont des monstres qui en souffrent a une fonction cathartique - on évacue notre stress quotidien !  Ainsi, on a droit à une action syndicale spontanée baptisée "pomme pourrie" des plus jubilatoires - sorte de grève du zèle - où les membres du personnel rivalisent d'ingéniosité pour faire fuir le public...  histoire de frapper d'un coup Béhémoth et ses actionnaires humains !

Mais ce n'est que le début du bras de fer...  Aussi, on attend avec impatience de voir si, pour une fois, l'adage wallon "C'est toudi les p'tis qu'on sprotche" (C'est toujours les petits que les puissants écrasent.) est battu en brèche ! Vivement donc la sortie du tome 4 de cette satire "humoristico-monstrueuse" de notre société moderne en prise à la course au rendement et à ses dérives.

Tomes 1 et 2...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...