samedi 5 octobre 2013

Le cheval de d'Artagnan

"Il parait que tous les chevaux parlent quand les humains ne les écoutent pas ; ce livre est dédié à ceux qui savent les entendre." Claudia Gillet-Meyer
A quoi rêve-t-on quand on est le cheval d'un petit d'Artagnan ?  A une carrière de mousquetaire pardi ! Mais lorsque le poulain Rabastas et son jeune maître, Charles, quittent leur Gascogne natale direction Paris, ils ne se doutent pas des périls qui les attendent.  En cette période de Fronde où les trahisons sont légion, il n'est pas simple d'être le cheval d'un mousquetaire. Surtout quand l'amour s'en mêle ! Rabastas ira-t-il malgré tout au bout de son rêve ?

En donnant la parole aux chevaux, l'auteure a opté pour un point de vue original pour nous conter cette période troublée de l'histoire de France qu'est la Fronde.  Louis XIII est mort, Mazarin assure l'intérim en attendant l'accession au trône du jeune Louis XIV.  Les luttes internes font rage alors que la France est en pleine guerre contre l'Espagne.

Les chevaux de ce récit, fidèles compagnons des hommes, vivent tous ces événements en symbiose avec eux.  Qui se ressemblent s'assemblent, dit-on. Ici, cela se vérifie : homme et monture, à de rares exceptions près, partagent le même tempérament. Aussi les luttes entre les hommes se transposent-elles parmi les chevaux.  Des affinités se tissent, des jalousies s'enveniment, des coups bas se fomentent...  Il y a les fidèles au roi, les traîtres, les espions... 

A travers les yeux de Rabastas, on assiste au succès grandissant de son maître qui de petit Gascon devient émissaire privé de Mazarin et, finalement, Capitaine de la compagnie des Mousquetaires.
On partage leurs émotions : la tristesse et la peur de l'inconnu lorsqu'ils quittent leur pays natal ; leur soif d'aventure qui se frotte aux dures réalités du voyage ; leur évolution fulgurante dans la carrière de Mousquetaire...
On assiste aux entraînements dans les Écuries Royales, aux batailles au corps à corps, à l'alchimie qui se tisse entre le cheval et son maître, à l'euphorie des victoires, aux jours de gloire et aux défaites. Mais le plus dur, ce qui vous change un homme et un cheval, c'est de voir un ami mourir...


"Quand  il s'est écroulé, j'ai définitivement compris que je n'étais plus un poulain..."
On est également témoin de la métamorphose psychologique du duo.  A la peur succède la griserie des succès et son corollaire, un excès de bravoure. Inconscients du danger, suffisants, ils se lancent tous deux tels des têtes brûlées au devant de tous les dangers.  En chemin, ils s'éloignent de leurs amis qui, heureusement, veillent au grain...


"Le vrai héros est celui qui affronte sa peur.  Si tu ne ressens pas  la peur, tu combats par inconscience.  Quelle gloire y a-t-il alors ?"
Malgré toutes ces sollicitations, toutes ces aventures palpitantes et sa fidélité indéfectible à son maître, Rabastas rêve de vivre sa  vie de cheval, de fonder une famille et de vivre une retraite paisible après de nombreuses années de bons et loyaux services.  

En bref, vous l'aurez compris, ce récit mêle à la fois sentiments et moult aventures.  Le tout dans un contexte historique des plus mouvementés.

J'ai aimé le point de vue choisi, la voix originale du narrateur ainsi que les relations qui se tissent entre les personnages. Petit bémol cependant pour les coquilles qui subsistent dans le texte...  

Titre lu dans le cadre d'un partenariat proposé par Sophie Hérisson pour son 


challenge album
(15/18 pour les 3 %)

Merci à elle , à l'auteure et à l'éditeur !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...