mercredi 28 août 2013

Le plus joli des rêves


Mouche de l'école des loisirs, 29/08/2013
 
Mougueule (le patronyme dit tout), un puissant homme habitué à tout obtenir par l'argent et la force, enrage de ne pouvoir posséder le plus joli rêve sur Terre.  Il charge le grand Gaston de le trouver et de le lui ramener.  Plus évident à dire qu'à faire !  Surtout que Gaston ne rêve plus depuis bien longtemps et que, de son côté, le plus joli des rêves ne s'offrira qu'au plus merveilleux des humains...  Qui pourrait lui venir en aide ?
 
Cette jolie histoire m'a fait penser au célèbre secret du Petit Prince : "On ne voit bien qu'avec le cœur.  L'essentiel est invisible pour les yeux."
 
Face aux hommes qui ne pensent qu'à amasser, aux adultes qui ont oublié leurs rêves, seule Rosalie, avec son regard d'enfant, est capable de voir au-delà des apparences.
 
A son contact, grand Gaston - mon personnage préféré de l'histoire - va grandement évoluer ou plutôt "rapetisser" et retrouver son âme d'enfant.   Ce géant qui a grandi bien trop vite se rend compte soudain qu'il a renoncé à ses rêves pour des projets de carrière qui n'en valaient pas la peine, qu'il ne prenait tout simplement plus le temps de vivre, le temps de se laisser aller, de rêver...
 
Ce conte est empli de poésie, tant dans le texte que dans l'image.  Pour ce qui est des mots, l'auteure décrit les choses de manière simple et imagée comme ici où elle nous présente ce fameux "plus joli des rêves" :
 
"Le rêve était là, tranquille, il se gorgeait des parfums des fleurs pour être encore plus beau.  Beau, il l'était au point que le regarder était déjà une féérie.  On eût dit une multitude de bulles de savon scintillantes, reflétant toutes les lumières du soleil, avec en leur cœur des étoiles d'eau multicolores qui dansaient tout doucement.  Si l'on venait à le toucher, l'impression était celle de plumes, de plumes légères et moelleuses.  Si l'on y approchait le nez, l'odeur d'une serviette de bain toute propre dominait, mais aussi celle de la peau douce d'un bébé."
Cette poésie trouve écho dans les illustrations un peu surannées de Rascal.   Petit cocorico donc puisque, pour la petite info, Rascal est un dessinateur et auteur autodidacte belge (namurois d'origine pour être précise).
A propos de lui, il dit en rimes et avec humour :
"Je suis sans technique, non méthodique, bordélique, si peu grammairien, qu'avec tout cela en main, je m'étonne de faire des bouquins." 
Ses illustrations font mouche en tout cas... Certaines font même penser à de petites estampes japonaises.
 

 
 En bref, une bien jolie invitation au rêve...
 
"Vois-tu, reprit le rêve, je souhaite surtout aider ceux qui veulent embellir la vie, ceux qui pensent que l'impossible est parfois possible."
 
Avec ce titre, je participe au
 
 
challenge album

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...