Accéder au contenu principal

Tabou


""L'homosexualité est un élément parmi tant d'autres."  Rien ne me paraît plus juste que cette phrase.  Je me demande pourquoi on oublie tous les autres aspects d'une personne lorsqu'on apprend qu'elle est homosexuelle."
 
Au vu des débats houleux qui se sont déroulés en France à l'occasion du vote de la loi pour le mariage pour tous, j'ai eu envie de relire ce titre de 2003 de Frank Andriat.  Il faut dire aussi que je vous prépare une surprise le concernant...  mais chut, c'est pour le début du mois d'aout.  Revenons à notre sujet premier.
 
Il y a plus de dix ans, le 30 janvier 2003, la Belgique est devenue, sans heurt, le deuxième pays au monde à reconnaitre le mariage homosexuel.  Depuis le 30 juin 2006, les homosexuels peuvent non seulement se marier mais également adopter en toute légalité. 
 
Bien évidemment, si les mentalités ont évolué, les agressions homophobes sont malheureusement toujours présentes et il n'est toujours pas facile d'avouer son homosexualité, a fortiori lorsqu'on est adolescent et qu'on se cherche encore.
 
Tel est le point de départ de cette histoire.  Même si cette loi n'a suscité que peu de remous chez nous, le thème de l'homosexualité chez les adolescents était plus que tabou à l'époque en littérature jeunesse et, avec ce titre, Frank Andriat, a fait figure de pionnier.
 
Ce récit débute par le suicide de Loïc.  Situation traumatisante pour ses camarades de classe qui ne comprennent pas son geste.  De fil en aiguille, ils en découvrent la raison : le jeune homme n'a simplement plus supporté vivre dans le mensonge et taire son homosexualité.  De ce drame va naitre la réflexion et l'évolution des mentalités...
"Je ne cherche (donc) pas à prouver quelque chose en écrivant, je ne donne pas de leçon de morale, je me contente de décrire les hommes tels que je les éprouve, avec le plus de justesse et le plus de respect possible."
nous confie l'auteur sur son site.  Et c'est bien le cas ici où l'on suit le cheminement de trois camarades de classe.  Entre rejet, questionnement, doute, acceptation, compréhension, le débat se veut contradictoire certes mais, au final, serein et respectueux. 
D'un côté, il y a Réginald qui, de prime abord, rejette tout d'un bloc, déchiré entre ses amitiés sincères et son aversion pour les homos.  De l'autre, il y a son meilleur ami, Philippe, qui s'enferre dans les mêmes mensonges destructeurs que Loïc.  Entre les deux, Elsa, une jeune fille bien dans ses baskets, qui leur tient le discours de l'ouverture et de la tolérance. Toutes les questions sont posées, sans tabou ! 
 
"Une fois de plus, le cortège habituel de questions sans réponse défilait cruellement dans ta tête : pourquoi devient-on homo, comment le devient-on, est-ce une maladie comme l'affirment certains, est-ce le fruit de l'éducation qu'on reçoit, est-ce dû  à une modification génétique, en guérit-on et d'ailleurs, faut-il guérir ? (...)  Peut-on vivre heureux quand on est homo ? (...) peut-on être homosexuel au quotidien, tout simplement ou faut-il nécessairement le revendiquer lors de manifestations carnavalesques ?  Si tu suis le modèle de ces gens-là, tu as l'impression que tu t'excluras de la société, que tu t'enfermeras dans un ghetto, mais, lorsqu'on se découvre homo, ne découvre-t-on pas en même temps que l'on est définitivement minoritaire ?  Ces défilés ne sont-ils pas avant tout une manière qu'ont les homos pour dire leur fierté d'être tels, une manière de s'assumer dans la joie ?"  
 
Pour encadrer leur réflexion et tenter de répondre à leurs interrogations, il y a la figure bienveillante de l'oncle d'Elsa.  Grâce à son expérience et son métier de psychologue, il arrive à dédramatiser les choses et à leur faire comprendre que, même s'il n'est pas simple de s'assumer différent, "ce n'est pas une tare", l'avenir n'est pas nécessairement noir et le bonheur est toujours à portée de main. 
 
Du côté narration, on retrouve avec plaisir le style de l'auteur : à la fois simple et empreint de bon sens mais également plein de poésie et de délicatesse.  Dans la deuxième partie, "Philippe", il renoue avec la narration en "tu" qui m'avait surprise et énormément plu dans "L'amour à boire".
 
En bref, un titre fort, encore et toujours d'actualité, à lire et à faire lire !

Commentaires

  1. Celui-ci, je m'en souviens bien. Il est écrit avec beaucoup de sensibilité, je trouve.
    Tu t'es lancée dans les Andriat, je vois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! C'était pour préparer l'interview qu'il m'a accordée et qui sera publiée A l'ombre du grand arbre le 5 aout :-)

      Supprimer

Publier un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...

Posts les plus consultés de ce blog

Serial Killer

Avis aux élèves de l'IPC et aux autres qui utiliseraient Voie Active Français 2e!  Cet article a déjà été vu 540 fois!  Votre intérêt me touche!  Attention toutefois, cette nouvelle fait également l'objet d'un exercice d'écriture...   donc évitez d'effectuer un "copié-collé"!!!! A bon entendeur, salut!


Sylvaine Jaoui, Serial  Killer (Ensemble-Tsédaka), éditions Martinière jeunesse, 2007
Avez-vous déjà participé à une opération "Papy d'un jour"?  Oui?  Non?  Lucas, lui, ne peut y couper.  L'idée de M. Marchal, son professeur d'histoire, ne l'emballe pas du tout.  Et c'est le moins qu'on puisse dire.  Il ne voit pas pourquoi, ne bénéficiant pas lui-même de grands-parents gentils, il irait se "taper les inconvénients des vieux des autres."  La rencontre organisée à la maison de retraite "Les oranges bleues" tourne au cauchemar lorsqu'il se met enfin à lire les lettres de "son papy", un certa…

Moi, Boy - Roald Dahl se raconte

Dans Moi, Boy, le grand Roald Dahl évoque les "incidents" qui ont émaillé ses premières années de vie, de sa naissance à ses vingt ans (de 1916 à 1936).  Ceux qui lui ont laissé un souvenir impérissable.  "Certains furent drôles.  Certains douloureux. Certains déplaisants." comme il le précise dans sa préface.
On est cependant bien loin d'une autobiographie classique et pompeuse.  Ces pages se lisent avec autant de plaisir qu'un autre récit de l'auteur.  On y retrouve son humour, son sens inné du récit et on y croise bon nombre de personnages qui semblent familiers - comme tout droit sortis de ses romans !
Au fil des anecdotes évoquées, on découvre ainsi quelques-uns des éléments fondateurs de son oeuvre.  Parfois, il nous l'indique lui-même comme lorsqu'il évoque le lien entre son idée d'écrire son second roman jeunesse, Charlie et la chocolaterie, et les bâtons de chocolat qu'on leur faisait tester lorsqu'il était au collège.  D'…

A vos risques et périls

Editions Thierry Magnier, 2007 Coup de coeur Ricochet / "Ado d’or" du magazine "Ados-livres / Prix Trégor Ado / Prix de la Citoyenneté / Prix Lire@Sénart
L'histoire:
6 ados (3 filles, 3 garçons), une ile perdue dans l'océan Indien, des épreuves, des caméras, 12 semaines d'aventure avec, à la clé, l'espoir pour chacun de remporter 10.000 euros!  Bienvenue dans l'émission "A vos risques et périls"!  Jamais une émission de téléréalité n'aura mieux porté son nom!
Mon avis:

Ce livre m'a réellement surprise et j'ai passé un excellent moment en sa compagnie.  Pourtant, au début, j'ai pensé (à tort) que l'auteur ne s'était pas foulée et nous proposait une simple transposition de tout ce que l'on peut voir depuis des années sur nos petits écrans: l'arrivée en hélicoptère et le largage au bout d'une corde, la construction de la cabane, la recherche de nourriture, les tensions dans le groupe, les vrais ou faux rappro…