Accéder au contenu principal

Rose bonbon, noir goudron


Editions Mijade, 2009
"Bonjour, bonjour !  Lorsque vous vous adressez à l’autre, vous lui parlez de son existence, du fait qu’il est important pour vous et que vous tenez compte de sa présence sur terre. Sans bonjour, sans accueil, celui qui vous fait face n’existe pas.  L’enfer, c’est la non-présence, l’indifférence."

Les paroles du psychologue Robert Littré sont autant de coups de poing pour Mélanie, quinze ans, qui ne connait que l’indifférence.  Chez elle, le mot « bonjour » n’existe pas.  Et ce n’est pas le seul !  Elle n’a ainsi plus entendu « Bon anniversaire » depuis ses huit ans.  A force, elle a fini par se croire vaccinée contre le bonheur !  Cette conférence à laquelle elle assiste avec l’école pourrait bien bouleverser toutes ses certitudes et lui prouver qu’elle EXISTE et mérite, comme tout un chacun, de recevoir comme de donner…

Suite de mon parcours dans l'univers de Frank Andriat...  Voici encore un titre empli d’espoir qui nous rappelle combien l’amour est aussi important pour vivre que l’air que nous respirons.  Celui-ci commence par tous ces petits mots magiques, qu’à tort, on prononce sans trop y penser voire qu’on zappe carrément.  Alors qu’un simple « Bon jour » sincère peut illuminer la journée de celui qui le reçoit !

Dans le cas de l’héroïne, il faudra bien évidemment bien plus pour combler ce manque d’affection dont elle souffre depuis l’enfance qu’un simple geste d’accueil.  Pour lui permettre d’évoluer et de passer du « noir goudron » au « rose bonbon », il lui faudra l’oreille attentive et bienveillante d’un adulte qui fait preuve d’une réelle empathie à son égard mais aussi un premier amour sincère qui vous ouvre les ailes.

Ce récit coup de poing retrace son parcours.  Grâce à deux rencontres-clés, sa vie change du tout au tout.  L’une et l’autre vont lui donner la force d’être enfin actrice de sa vie, d’oser l’amour et l’ouverture aux autres plutôt que la haine et le repli sur soi.

Robert Littré avait raison ; plutôt que de m’acharner sur un passé que je ne maîtriserais jamais, mieux valait me consacrer à construire un présent heureux. 

Cette propension à rendre ses personnages heureux, on la retrouve dans de nombreux titres jeunesse de Frank Andriat.  D’ailleurs, lui-même, ne se cacherait-il pas derrière l’un de ses personnages récurrents, celui du bien nommé Monsieur Bonheur, un brave professeur de français ?  Dans ce texte, il fait également une brève apparition où il se montre digne de sa réputation de prof à l’écoute de ses élèves.

Par ce récit, l’auteur partage non seulement sa vision optimiste de la vie mais nous prouve une fois de plus qu’il connait bien son sujet : l’adolescence.  Qu’il dépeigne les tourments de cette jeune fille malmenée par la vie ou l’éveil de son premier amour, tout sonne particulièrement juste.  L’adolescent s’y retrouvera donc sans aucune difficulté et y puisera plus d’un enseignement !

Commentaires

Publier un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...

Posts les plus consultés de ce blog

Serial Killer

Avis aux élèves de l'IPC et aux autres qui utiliseraient Voie Active Français 2e!  Cet article a déjà été vu 540 fois!  Votre intérêt me touche!  Attention toutefois, cette nouvelle fait également l'objet d'un exercice d'écriture...   donc évitez d'effectuer un "copié-collé"!!!! A bon entendeur, salut!


Sylvaine Jaoui, Serial  Killer (Ensemble-Tsédaka), éditions Martinière jeunesse, 2007
Avez-vous déjà participé à une opération "Papy d'un jour"?  Oui?  Non?  Lucas, lui, ne peut y couper.  L'idée de M. Marchal, son professeur d'histoire, ne l'emballe pas du tout.  Et c'est le moins qu'on puisse dire.  Il ne voit pas pourquoi, ne bénéficiant pas lui-même de grands-parents gentils, il irait se "taper les inconvénients des vieux des autres."  La rencontre organisée à la maison de retraite "Les oranges bleues" tourne au cauchemar lorsqu'il se met enfin à lire les lettres de "son papy", un certa…

Moi, Boy - Roald Dahl se raconte

Dans Moi, Boy, le grand Roald Dahl évoque les "incidents" qui ont émaillé ses premières années de vie, de sa naissance à ses vingt ans (de 1916 à 1936).  Ceux qui lui ont laissé un souvenir impérissable.  "Certains furent drôles.  Certains douloureux. Certains déplaisants." comme il le précise dans sa préface.
On est cependant bien loin d'une autobiographie classique et pompeuse.  Ces pages se lisent avec autant de plaisir qu'un autre récit de l'auteur.  On y retrouve son humour, son sens inné du récit et on y croise bon nombre de personnages qui semblent familiers - comme tout droit sortis de ses romans !
Au fil des anecdotes évoquées, on découvre ainsi quelques-uns des éléments fondateurs de son oeuvre.  Parfois, il nous l'indique lui-même comme lorsqu'il évoque le lien entre son idée d'écrire son second roman jeunesse, Charlie et la chocolaterie, et les bâtons de chocolat qu'on leur faisait tester lorsqu'il était au collège.  D'…

A vos risques et périls

Editions Thierry Magnier, 2007 Coup de coeur Ricochet / "Ado d’or" du magazine "Ados-livres / Prix Trégor Ado / Prix de la Citoyenneté / Prix Lire@Sénart
L'histoire:
6 ados (3 filles, 3 garçons), une ile perdue dans l'océan Indien, des épreuves, des caméras, 12 semaines d'aventure avec, à la clé, l'espoir pour chacun de remporter 10.000 euros!  Bienvenue dans l'émission "A vos risques et périls"!  Jamais une émission de téléréalité n'aura mieux porté son nom!
Mon avis:

Ce livre m'a réellement surprise et j'ai passé un excellent moment en sa compagnie.  Pourtant, au début, j'ai pensé (à tort) que l'auteur ne s'était pas foulée et nous proposait une simple transposition de tout ce que l'on peut voir depuis des années sur nos petits écrans: l'arrivée en hélicoptère et le largage au bout d'une corde, la construction de la cabane, la recherche de nourriture, les tensions dans le groupe, les vrais ou faux rappro…