dimanche 28 juillet 2013

Pauline ou la vraie vie - des extraits bien alléchants !


Il y a quelques jours, j'ai reçu dans ma boite aux lettres cette couverture colorée barrée d'une étiquette "Extraits".  Je l'avoue, ma première réaction a été de déposer le livre sur une étagère, le nom de l'auteur ne me disait rien et j'étais un peu déçue de ne pas avoir l'intégralité de l'ouvrage pour "juger"...  Mais la curiosité a été la plus forte et bien m'en a pris !
 
 
J'ai ainsi découvert que l'auteur hollandais Guus Kuijer est loin d'être un inconnu.  Écrivain pour la jeunesse depuis 1975, son œuvre a été couronnée à de nombreuses reprises et, en 2012, il a reçu le prestigieux Prix Astrid Lindgren pour l'ensemble de son œuvre.  Faut-il rappeler qu'il s'agit du plus important prix réservé à la littérature pour la jeunesse de part le monde ! Créé en 2002 par le gouvernement suédois en hommage à la créatrice de Fifi Brindacier, il a depuis couronné de très grands comme Maurice Sendak, Christine Nöstlinger, Philipp Pullman, ... ou la Belge, Kitty Crowther !
 
 
Waouh !  Rien que ça !  
 
Pour fêter ça, l'école des loisirs ressort donc le 12 septembre prochain une compilation de quatre de ses volumes (précédemment publiés entre 2003 et 2010), enrichie d'un cinquième, complètement inédit.  Tous ces textes tournent autour du personnage de Pauline.
 
Mais qui est cette fameuse Pauline qui aime la vie ?  Une jeune hollandaise qu'on suit sur plusieurs années, de ses onze à ses treize ans.  Une jeune fille bien dans son époque qui se pose énormément de questions : sur la vie, l'amour, la mort, la famille, les amis, la religion, etc.  Entourée de sa famille "atypique" (sa mère se remarie avec son instituteur, son père se cherche...) et de ses amis Caroline, Mimoun et Consuelo, elle pose sur chaque événement de la vie un regard empreint de fantaisie, d'humour et de poésie.  Car, oui, Pauline est poète et compte bien le rester, n'en déplaise à son amoureux !  Dès les premières lignes, on tombe sous le charme de son franc parler.   Morceaux choisis :
 
"Mon instituteur est amoureux de ma mère !  Quelque chose de pire pouvait-il m'arriver ?  NON !  Bon, d'accord, mon père et ma mère sont divorcés depuis longtemps.  Ma mère est une gentille mère.  Mon instituteur est un gentil instituteur.  Mais tous les deux ensemble, je trouve ça dégoûtant !"  
"Tous les enfants hollandais ont, je crois, des Pères Compliqués. (...)  Aujourd'hui, par exemple, on a un père qui n'est pas le père.  Ou un père qui est le père, mais qui habite ailleurs.  Ou un père qui existe bel et bien, mais qui a disparu.  Ou un père éprouvette qu'on ne connaît pas.  Ou un père-éprouvette qu'on connaît, mais qu'on n'appelle pas Papa parce qu'on appelle déjà Papa le compagnon de sa mère.  Ou un père-éprouvette qui n'est pas le compagnon de sa mère, mais qu'on appelle Papa quand même.  Ou un père qu'on n'a pas le droit d'aller voir, même si on sait où il se trouve.  Ou deux pères qui aiment tous les deux les hommes.  Ou deux pères qui sont tous les deux des femmes, mais lesbiennes."
Mais Pauline se fait aussi par moments plus grave lorsque les barrières culturelles se dressent entre elle et son amoureux, lorsque son grand-père tombe gravement malade, lorsqu'elle apprend à ses dépends qu'on ne monte jamais dans la voiture d'un inconnu...
 
Bref,  avec Pauline, "on rit, on pleure" et c'est très bien ainsi...  Aussi, il me tarde d'avoir enfin en main les 638 - 137 pages qui me manquent ;-) 
 
En attendant, je me contente (un peu honteuse d'avoir tant de retard) d'en découvrir un peu plus sur les titres de l'auteur en lisant le billet de ma copinaute Za ! 
 
 

3 commentaires:

  1. tu piques ma curiosité ! je note le titre et le nom de l'auteur dans un coin de ma tête...

    RépondreSupprimer
  2. Merci de la citation ;)
    J'ai également reçu les extraits ! J'adore cet auteur, sa liberté de ton. J'attends avec impatience le livre complet...

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...