samedi 27 juillet 2013

Oblivion


Hachette Livre, 2012
 
Avec Oblivion, cinquième et dernier volet de la saga fantastique d'Anthony Horowitz, Le pouvoir des cinq, c'est une aventure de 30 ans qui s'achève de manière magistrale !  En effet, pour la petite histoire, cette saga constitue une version étoffée et remaniée d'une première série de quatre tomes intitulée  Les Cinq contre les Anciens-Pentagramme dont le premier tome, Les Portes du diable, est sorti en français en 1983.

 

Ici, l'auteur nous offre l'ultime bataille entre nos cinq ados dotés de pouvoirs et le mal incarné, les Anciens.  Rencontre qui a lieu à Oblivion - l'Oubli, en Antarctique.  En jeu : le destin de l'humanité entière !
 
Pour le monde, dix ans se sont écoulés depuis que Matt, Pedro, Jamie, Scott et Scarlett se sont engouffrés dans la porte magique de Hong Kong pour échapper à la destruction de la ville et aux Anciens.  Pour eux, le voyage n'a duré que quelques instants et pourtant, à leur sortie, la surprise est plutôt mauvaise : ils ont fait un grand bond dans le temps !  Eparpillés aux quatre coins du monde, ils se retrouvent isolés, dans un futur apocalyptique où notre civilisation est au bord de l'implosion.
 
Ce tome est à la fois le plus conséquent (742 pages) et le plus noir de la série.  Les Forces du mal semblent avoir gagné : les catastrophes naturelles se multiplient ; l'humanité se retrouve réduite à l'esclavage, transformée en chair à canon ou, simplement, poussée dans ses pires travers.  Certaines descriptions sont d'ailleurs parfois à la limite du soutenable tant les anciens se complaisent dans le malheur et la souffrance.  
 
"On aurait dit que les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse étaient arrivés - à ceci près qu'ils étaient quatre cents et qu'ils fonçaient à bride abattue." 

Nos héros, quant à eux, se retrouvent tous dans de sales draps...  et vivent des expériences des plus traumatisantes.  Ainsi, on retrouve Jamie dans un village anglais effacé du monde, village que les habitants sont prêts à défendre coûte que coûte ; Pedro et Scott, capturés par les Anciens, enfermés dans une geôle à Naples ; Matt, au Brésil, vendu sur un marché d'esclaves à un baron de la drogue ; Scarlett, en Egypte, coincée entre les forces du mal et la résistance... Tous doivent lutter pour leur survie.  Malmenés physiquement, torturés psychologiquement, confrontés à des choix cruciaux, il leur faudra bien du courage pour ne pas baisser les bras. 
 
Ce tome est divisé en plusieurs parties.  On suit donc séparément le devenir de chacun.  Et il faut attendre le dernier tiers du livre pour voir le début d'une solution et espérer qu'ils puissent se retrouver.  En attendant, l'auteur joue quelque peu avec nos nerfs en nous obligeant à changer de lieu et à quitter l'un des cinq pendant de nombreuses pages, souvent à un moment crucial, le temps de se pencher sur le destin d'un autre.  Heureusement que leurs aventures sont aussi palpitantes les unes que les autres.

De plus, l'auteur a particulièrement soigné la description de ces divers lieux.  A la fois proches de ce qu'on en connaît et à la fois complètement métamorphosés par la noirceur des Anciens.  J'ai par moments cru me retrouver dans certains épisodes de Supernatural ou de The walking dead, notamment lorsque Jamie et ses nouveaux amis arrivent dans un village de la banlieue londonienne et échappent de peu à un festin funeste ou lorsqu'ils découvrent la capitale anglaise complètement dévastée !

Enfin, le choix de l'Antarctique comme lieu du combat final n'est pas anodin et a une portée symbolique.  En effet, par ce combat manichéen entre le bien et la mal, les Cinq versus les Anciens, l'auteur veut adresser un message à ces jeunes lecteurs :

« (...) vous allez hériter d’un monde que nous, ma génération, avons saccagé en toute conscience, et c’est votre travail que de le rendre meilleur. C’est le thème du livre. »
 
En bref, une incroyable épopée qui trouve son apogée dans une bataille épique ; des personnages attachants qui, au-delà de leurs dons extraordinaires, font preuve d'humilité et de courage hors du commun ; des péripéties haletantes où l'auteur n'édulcore rien ou presque... ; un tome (il peut se lire indépendamment des quatre autres) ou une série à découvrir pour les amateurs du genre !

Cerise sur le gâteau, en guise de conclusion ultime, l'auteur offre à ses lecteurs un envoi, "une espèce d'adieux" où la narratrice évoque les évènements qui ont suivi la bataille finale...      
 
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...