lundi 29 juillet 2013

Le garçon qui n'existait pas


Avez-vous déjà eu l'impression d'être transparent ?  Que les gens qui vous entourent vous voient sans vraiment vous regarder ?  A tel point qu'ils vous marchent sur les pieds ou s'assoient carrément sur vous ?
 
C'est le quotidien de Gérald, un employé de banque trentenaire.  Cette tare, il la traîne depuis l'enfance.  Cinquième enfant (l'enfant de trop), il est toujours passé inaperçu aux yeux de tous.  Et, lorsque toute sa famille migre en Argentine, comme une évidence, il se retrouve seul dans un pensionnat en France, dans l'attente d'un hypothétique regroupement familial qui n'arrivera jamais.  Si sa situation n'est guère plaisante, il s'en est accoutumé et elle lui apporte même quelques avantages.  Ainsi, s'amuse-t-il un temps à jouer les pickpockets ou les détectives privés !

"Je suis du signe du caméléon, c'est plus fort que moi, je prends la couleur du papier peint, je fais tapisserie."
 
Mais, depuis un moment, il éprouve une passion dévorante pour Victoire, une collègue de travail, la seule, peut-être, à remarquer quelque peu sa présence...  Comment devenir quelqu'un à ses yeux ?
 
 
Cette  histoire relate le pari fou d'un homme prêt à tout pour conquérir le cœur de sa belle et qui s'embarque, sans réelle préparation si ce n'est l'achat du matériel ad hoc, pour une traversée de la Manche à la nage. 
 
Son épopée est tour à tour dramatique, drolatique, pathétique, émouvante, ...  On pleure, on rit, on compatit !  Gérald, c'est un peu nous, dans nos tentatives parfois désespérées d'être reconnus par les autres, d'exister..., d'être aimés...
 
Ce récit complètement farfelu nous rappelle qu'on ne peut aimer sans s'aimer soi-même, qu'il faut parfois larguer les amarres de tout ce qui fait nos vies pour espérer se (re)trouver.
 
Au final, Gérald pourra-t-il crier VICTOIRE ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...