mardi 11 juin 2013

Le prince d'ébène


Académie de musique de Balmour.  Luther Sparren, petit prodige, débarque de son Sud natal avec pour seuls bagages son pauvre violon, une bourse royale et une lettre de recommandation de son professeur de musique.  L'accueil qui lui est réservé est loin d'être chaleureux.  Bien au contraire, les élèves voient en lui un concurrent de taille pour le concours annuel qui aura lieu devant la reine, et le directeur, Monsieur Simpleton, va même jusqu'à l'empêcher de jouer tant qu'il n'aura pas en sa possession un instrument digne de ce nom ! La nuit, alors qu'il rumine de sombres pensées, le jeune garçon perçoit la complainte envoûtante d'un violon qui semble l'appeler...
 
Envie d'en savoir plus ?  Luther va-t-il trouver l'instrument qui lui permettra de concourir malgré ses origines modestes ?  Le manoir est-il réellement hanté ?  La légende du violon maudit est-elle fondée ?  Ces ressorts narratifs vous poussent à dévorer ce petit récit jeunesse de 153 pages, à la fois musical et fantastique.
 
De plus, on s'attache au héros qui doit lutter pour se faire une place dans cet univers de "fils à papa".  Son duo avec son maître de musique est truculent.  La devise du vieil homme pourrait être : "Une tête bien faite dans un corps sain".  Il ne cesse de parler par métaphores et a des méthodes d'enseignement pour le moins originales.  Ainsi sa première leçon consiste à balayer sa salle de classe.  Luther, d'abord sceptique, découvre par la suite d'étranges analogies entre les gestes du balayeur et du violoniste.
 
Il lui apprend aussi les qualités du cœur comme l'humilité.  Il est donc question également d'une quête initiatique.  Pour devenir un grand violoniste, Luther devra s'affranchir de la technique et trouver au fond de lui de quoi surmonter les écueils postés sur sa route.
 
" - Comment pourrait-il exister une seule et même règle pour des millions d'individus différents ?  C'est impossible.  Chacun doit trouver sa clé, en ce monde, et franchir les obstacles avec les moyens dont il dispose."

Magnifique précepte pédagogique, n'est-ce pas !?
 
Bien sûr, on pourra reprocher à cet ouvrage une intrigue qui se résume un peu à une lutte manichéenne entre le bien et le mal, un cadre peu défini (tout au plus sait-on que cette histoire se déroule à l'époque des fiacres et des lampes à pétrole) et une fin (trop) vite expédiée.  Pourtant, j'ai vraiment apprécié cette petite balade au cœur de la musique et de ses fondements :
 
"La musique n'est pas un diamant.  Elle n'a nul besoin d'un écrin pour toucher le cœur des hommes."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...