dimanche 7 avril 2013

Les trois brigands

Qui ne connait pas Les trois brigands de Tomi Ungerer ?
Mais saviez-vous que ce titre date de 1962 ?
Depuis, il a été de nombreuses fois réédité et a même fait l'objet d'adaptations animées (en court-métrage en 1991 et en long-métrage en 2007).  Son succès ne s'est donc jamais démenti depuis plus de 50 ans.
Dans cette histoire, trois malandrins sans foi ni loi terrorisent la région et délestent les braves gens de leurs biens.  On les reconnait à leur accoutrement : vêtus de capes et de hauts chapeaux noirs, ils sont armés d'un tromblon, d'un soufflet qui lance du poivre et d'une grande hache rouge.  Un jour, alors qu'ils s'apprêtent à dévaliser une énième diligence, il tombe nez à nez avec une petite orpheline prénommée Tiffany... 
Cet album a la trame classique mais à la morale qui l'est un peu moins n'a pris aucune ride.  Dans ce conte, les méchants brigands ne sont pas punis mais métamorphosés en bienfaiteurs par l'arrivée de cette petite orpheline qui change le cours de leur destin.  Ils trouvent enfin un sens à leur vie et utilisent leurs richesses si mal gagnées pour faire le bien.   Devenus de bons pères de famille (n'en déplaise aux adversaires des modèles familiaux atypiques), reconnus dans toute la région, ils élèvent de nombreux enfants abandonnés et malheureux qui, devenus grands, fondent à leur tour de nouveaux foyers, créant ainsi toute une petite communauté où il fait bon vivre.
A propos de la morale de son histoire, l'auteur s'explique dans une interview à l'occasion de la sortie du film d'animation :
"(...) Ce qui me fascine le plus, c'est ce NO MAN’S LAND entre le bien et le mal. Dans ce NO MAN’S LAND, le mal peut apprendre quelque chose du bien, et le bien peut apprendre à comprendre le mal. Et c’est un peu le cas dans Les Trois Brigands. Ce sont en fait des types féroces, méchants…  (...) 
Mais tout le monde peut avoir un grand coeur, reste à savoir : Comment fait-on ?... Dans ce cas, ça a également à voir avec le destin. Il faut donner une orientation au destin ou trouver une orientation dans le destin. On dit toujours aux enfants : “Non, non, c’est vilain, ce n’est pas bien” ; oui, d’accord, mais entre les deux, il y a le pragmatisme sain. Chaque personne fait beaucoup de vilaines choses, et chaque personne est bonne et mauvaise. Je crois que, pour les enfants, c’est un soulagement de savoir ça."
Au-delà du texte et de son message, ce qui fait également le succès de ce titre, c'est son iconographie tout en ombres chinoises.  Les brigands accomplissant leurs méfaits à la faveur de la nuit, leurs silhouettes se découpent en formes noires sur un ciel d'encre éclairé par la lune.  Avec l'appartion de Tiffany, peu à peu, d'autres couleurs font leur apparition comme le rouge du coeur qui habille tous les orphelins des trois (com)pères.  En somme, un remake du Petit chaperon rouge qui aurait été adopté par un loup repenti !!!!

Un album à croquer...  littéralement !  (Ici, c'est déjà fait, en témoigne les traces de dents dans le coin supérieur droit !!!!!)
Pour aller plus loin :
  • l'avis de Bouma d'Un petit bout de bib qui nous parle de l'album et de bien plus...
  • quelques images du film d'animation de 2007 :

Cette relecture s'inscrit dans le cadre du challenge Lire sous la contrainte (6e session) du blog de Philippe - D'un livre à l'autre.
challenge Lire sous la contrainte
et de mon p'tit


6 commentaires:

  1. cet album est vraiment un classique ! je le préfère pour ma part en très grand format, quand on le raconte, l'histoire prend alors une autre dimension !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! Oui! Ai lu que ces grands formats existaient pour les maternelles ! Effectivement, ça doit faire l'effet d'un théâtre d'ombres chinoises ;-)

      Supprimer
  2. Héhéhé : j'y pensais un peu pour ton challenge justement, en songeant aux livres qui ont marqué mon enfance... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux toujours le faire... avec ton propre éclairage ;-)

      Supprimer
  3. Livre-culte! Et avez vous lu le dernier Ungerer, "Le maître des brumes"? Magnifique histoire à lire dès 6, 7 ans.

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien moi, je ne connais pas!
    Merci pour ta participation et rendez-vous la semaine prochaine pour les résultats et la 6e session.
    Bonne fin de vacances.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...