vendredi 5 avril 2013

Bal de givre à New York




On dirait New York et pourtant que sont ces passerelles qui enjambent les toits, ces verrières surmontant certains quartiers...  ?
On dirait une histoire d'amour digne des plus beaux contes de fées mais le prince est-il aussi charmant qu'il n'y parait ?
On dirait notre monde mais avez-vous jamais vu livres qui s'effacent au fur et à mesure qu'ils se lisent, majordome sans bras qui fait tout par télékinésie,  véhicule qui se véhicule seul, ...  ?
Bienvenue dans le monde d'Anna Claramond !
 
Renversée par la limousine d'un riche héritier énigmatique, cette jeune fille semble avoir quasi tout oublié de sa vie d'avant, en particulier ce que sont devenus ses parents.  Pourtant, ses pas la ramènent instinctivement chez elle...  du moins c'est ce qu'elle croit !
 
Gagné chez Bouma à l'occasion du 3e anniversaire de son blog Un petit bout de bib il y a quelques mois déjà, il était peut-être temps de me plonger dans cette  lecture.  Et puis notre début du mois d'avril, givré lui aussi , est plutôt au diapason.
 
Qu'en dire ?  Que cette histoire n'est pas celle qu'elle parait !  Pour le comprendre, il ne faut certainement pas la lâcher avant la fin.  Pourtant, je dois l'avouer, j'ai été tentée plus d'une fois d'abandonner là Clara et son fiancé plus blanc que blanc.  Je me suis demandé ce qui arrivait à l'auteur, comment il pouvait, lui, tomber dans les clichés de ces romances à l'eau de rose qui se multiplient ces dernières années.  Pourtant, si le sujet m'a paru incongru au départ, j'ai retrouvé dès les premières lignes la plume riche de  l'auteur. 
 
Heureusement, les choses se sont très vite gâtées et les détails étranges se sont multipliés... Le rêve a fait place au cauchemar.  Et cette question lancinante m'a poussée à tourner avidement les pages jusqu'à la fin : mais où veut-il en venir ?  Et le final, même s'il avait un petit gout de déjà-vu, valait vraiment la peine !  Du rêve, on retombe brutalement dans la réalité, celle de l'héroïne qui doit voir la vérité en face et celle du lecteur qui découvre ce que l'auteur lui a habillement caché. 
 
Avec ce récit, on assiste un peu au détricotage d'un rêve.  Tous les ingrédients puisés dans le subconscient du rêveur prennent soudain sens.  La réalité, travestie, se révèle au grand jour !
 
Une manière extrêmement originale d'évoquer une des actualités les plus traumatisantes de  notre début de XXIe siècle... 
 
 
Pour aller plus loin :

5 commentaires:

  1. Au final seule la chute m'a vraiment marqué!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage ton avis même si j'avais déjà vu ce final au cinéma...

      Supprimer
  2. juste pour te signaler que le lien de Dorot mène chez Hérisson.
    je ne garde pas un très bon souvenir de cette lecture, outre que j'aime l'écriture de Fabrice Colin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info : lien corrigé ;-)
      C'est vrai que cette lecture est surprenante mais ça reste du Fabrice Colin et moi aussi j'aime beaucoup sa plume !

      Supprimer
  3. Moi, je suis fan et re- fan de ce livre...Il m'a mis dans tous mes états...comme les autres livres de Fabrice Colin d'ailleurs...sauf un (chut...).

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...