samedi 23 mars 2013

Encore heureux qu'il ait fait beau



"Personne ne sut jamais comment, ni pourquoi la bibliothèque Jacques-Prévert, un grand bloc de béton gris audacieusement cubique, avait un jour largué les amarres."
 
Mais les faits sont là : la bibliothèque se retrouve naviguant au grand large; les occupants, (le directeur, la bibliothécaire, la femme de ménage, la 6e F au grand complet, leur professeur et Saïd, un ado qui squatte un peu les lieux) transformés, bien malgré eux, en moussaillons.  A bord, la vie s'organise...  Entre les astuces pêchées dans les livres; les inventions du prof de techno, le MacGyver de l'aventure; l'organisation des quarts et la tenue du livre de bord, tout le monde met la main à la pâte pour  subvenir aux besoins de ce drôle d'équipage.  Et les défis ne manquent pas : la faim, la soif, le désespoir ("le pire ennemi des naufragés")... guettent ces robinsons d'un genre nouveau.
 
Dans leur sillage, le lecteur se réjouit de voir tout ce petit monde se serrer les coudes face à l'adversité.  Au cours du voyage se développent au sein du groupe les valeurs de partage, d'entraide, d'entrepreunariat...  Ainsi, avec des systèmes D, ils créent une boussole, un loch (instrument pour mesure leur vitesse), une canne à pêche (au gros), un harpon, un système de collecte d'eau de pluie, etc.  De quoi mettre en pratique la théorie (parfois) barbante de l'école...  Les expériences donnent lieu aux apprentissages.  Ainsi, par exemple, la pêche est prétexte à un leçon d'anatomie des poissons.  Cette pédagogie participative rencontre les aspirations des enfants.  Pour preuve, les propos du prof de techno :
 
"Ce sont de sympathiques petites personnes, assez grandes pour s'emparer du monde et assez proche de l'enfance pour garder cette vitalité pleine d'innocence." 
 
L'auteure fait également la part belle à la lecture et aux livres.  Ce n'est pas pour rien que cette aventure se déroule à bord d'une bibliothèque !  C'est dans des livres comme L'Oncle Robinson de Jules Verne, Naufragé volontaire d'Alain Bombard ou Robinson Crusoé de Daniel Defoe qu'ils puisent leurs idées de survie.  La lecture des Mille et une nuits maintient quant à elle le moral des troupes.  Les feuilles de magazines sont elles utilisées pour créer des chapeaux de papier pour les protéger du soleil ardent des Tropiques... 
 
Au début de l'histoire, Saïd, le cancre, (un peu mon petit chouchou dans l'aventure), assène cette sentence (point de départ de leur (més)aventure): "La lecture, c'est un truc pour les gonzesses !".  Il devra, on s'en doute, revoir sa copie !       
 
En conclusion, ce titre est une invitation au voyage...  celui des mots mais également celui de la vie.  Au fil des jours qui passent et ce, malgré les coups durs, nos voyageurs se prennent au jeu.  Allant de découverte en découverte, ils s'ouvrent peu à peu à la vie, à l'amour aussi...  Et le lecteur n'a qu'une envie, embarquer à bord et prolonger l'aventure avec eux !
 
Pour aller plus loin :

3 commentaires:

  1. Ouaaaah ! Je retrouve vraiment ce livre que j'ai beaucoup aimé dans ton billet : une aventure humaine hors du commun ! Merci ! Hâte d'échanger avec toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pépita ! Ton choix était une fois de plus très judicieux. Je suis vraiment heureuse d'avoir découvert ce titre. J'avais déjà lu "Boulot d'enfer" de cette auteure mais je préfère de loin celui-ci : il fait davantage écho à mon métier d'enseignante ;-) Hâte aussi de débuter notre LC !

      Supprimer
  2. Le bleu de la couverture m'attire sinon je ne connais pas du tout. Si c'est une invitation au voyage, alors, je réponds : "Présent"!
    Bonnes vacances.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...