samedi 24 novembre 2012

Godefroid de Bouillon 1/2 de Servais




Godefroid de Bouillon
Première partie
Jean-Claude Servais
Couleurs : Raives
Dupuis 2012


Octobre 2005.  Benoit Renson, grand reporter au Moyen et au Proche-Orient, expose ses photographies au Botanique à Bruxelles.  Par ses clichés au coeur des conflits, il veut dénoncer les faits pour que les choses bougent !  Parmi les nombreux invités au vernissage, il retrouve Mady, un amour de jeunesse qu'il n'a plus vu depuis quarante années.  Avec ces retrouvailles, ressurgit un passé qu'il avait fui et croyait à jamais enfoui.  Ensemble, ils se remémorent leur histoire, indissociable du héros de leur jeunesse: Godefroid de Bouillon...  Toutefois, avec les années, celui-ci a quelque peu perdu de son aura...

Avec ce titre, Jean-Claude Servais signe une bédé historique sur un personnage emblématique du Moyen Age.  Toutefois, le scénariste et dessinateur mélange Histoire et histoire, passé et présent.  Cette façon de faire lui permet d'actualiser son propos et de se montrer critique tant vis-à-vis des croisades du passé que celles d'aujourd'hui.  L'histoire est un éternel recommencement !
"L'idée de partir en expédition cautionnée par l'église offrait pour les hommes de l'époque un attrait exceptionnel !
"Si vous allez en terre sainte avec une noble intention, selon la volonté de Dieu, vous serez sauvés...  en massacrant l'ennemi !"
Trois époques se chevauchent donc : notre époque, le Bouillon des années 60 où tout enfant devait connaitre la vie héroïque de Godefroid de Bouillon et l'époque du chevalier, soit le milieu du XIe siècle.

Les lieux se multiplient eux aussi.  On a ainsi droit à de très belles représentations de Bruxelles (le Botanique, la place Royale, les galeries de la Reine) ; des vues panoramiques du Bouillon d'hier et du temps de Godefroid ; une représentation fidèle des salles de classe des années 60 avec les pupitres, l'estrade, les cartes suspendues, etc.

Le dessin est d'une finesse extrême.  Jean-Claude Servais fait ici étalage de tout son talent pour représenter tant les décors que les personnages.  Certaines planches sont si réalistes qu'on pourrait aisément les confondre avec des photographies.  J'ai notamment été bluffée par une planche animalière représentant un rapace en pleine chasse.

Si j'ai aimé le mélange des époques, j'ai trouvé qu'à certains moments le texte historique prenait trop de place par rapport au dessin.  Je n'ai pas non plus été particulièrement séduite par le dossier de fin réalisé par Claude Rappé.  J'ai trouvé son propos fort complexe et peu adapté à un public non averti et a fortiori aux plus jeunes lecteurs.

Je lirai cependant avec plaisir le tome 2 mais, je dois l'avouer,  davantage pour découvrir la suite de l'histoire de Mady et Benoit et de leurs amours contrariés que celle de Godefroid !

Pour aller plus loin:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...