mercredi 21 novembre 2012

En toutes lettres


L'histoire:

A l'ère d'Internet, quel intérêt d'avoir un correspondant et de lui écrire par courrier postal ?  Voilà la question que se posent Arthur et Agathe contraints et forcés, dans le cadre d'un échange scolaire, de s'écrire.  Surtout que pour l'un comme pour l'autre, la vie n'est pas très rose en ce moment et qu'ils ont d'autres chats à fouetter...  Leur correspondance débute donc plutôt mal, chacun prenant l'autre de haut.  Pourtant, très vite, une énigme se pose à eux et ils finissent par se prendre au jeu...

Mon avis:

Un petit titre sans prétention qui, face à la montée d'internet et de ses relations virtuelles et quelque peu factices,  fait l'apologie de l'échange épistolaire et des relations vraies. 
 
Arthur et Agathe sont tous les deux malmenés par la vie.  Arthur vit seul avec son père et s'interroge sur l'identité de sa mère.  Quant à Agathe, son père vient de quitter le domicile familial, sa mère est en pleine déprime et son frère ainé est amoureux...  Elle se sent, elle aussi, bien seule ! 
 
 
Les deux personnages, malgré leur jeune âge (ils ont tous deux 10 ans), font preuve d'une grande maturité et sont attachants l'un comme l'autre.  J'ai cependant eu un petit faible pour Agathe qui vit à la camagne, file sur son VTT par tous les temps, chante du Edith Piaf, aime lire et a pris l'habitude d'enregistrer les sons qui lui plaisent. Celui qu'elle préfère, c'est le rire de sa mère qu'elle s'écoute en boucle lorsqu'elle a le coeur particulièrement gros. Elle a également une passion pour les séries policières comme Derrick. Plutôt ringard pense Arthur ! C'est pourtant cette passion d'Agathe pour les énigmes qui va réunir nos deux héros. Arthur met au défi sa correspondante: pourra-t-elle l'aider à élucider  le mystère d'une vieille photographie découverte dans le bureau de son père?
 
Même s'ils utilisent chacun un ton un peu condescendant tout au long de leur correspondance et manient l'humour vache à la perfection, les sarcasmes font très vite place à une relation bien plus profonde qu'ils ne l'imaginent. Cet échange de lettres va bien au-delà des demandes terre-à-terre de leurs enseignantes. En aidant l'autre, ils s'aident eux-mêmes et cet échange de lettres, au départ anodin, leur permet de passer un cap douloureux et de tisser des liens indéfectibles.  Pourtant, par pudeur ou fierté, ni l'un ni l'autre ne l'avouera explicitement...
 
Pour couronner le tout, chaque chapitre est surmonté d'une jolie illustration toute en finesse de Rascal. 
 
En bref, une jolie petite histoire qui redonne le moral et nous rappelle que pour recevoir il faut donner...
 
 

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas été emballée par ce petit roma, idée séduisante pourtant, restée sur ma faim...

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...