vendredi 9 novembre 2012

Au ventre du monde



L'histoire:
 
Paohétama vit sur l'ile de Notre Terre. Son grand-père, maitre de la pêche, désire plus que tout au monde lui transmettre son savoir.  Aussi, pour contourner le tapu qui interdit aux femmes d'occuper cette place, sous peine d'offenser gravement Oana, le dieu requin, la jeune fille devient, aux yeux de tous, un garçon !  Elle ne sait pas que cette métamorphose l'appelle à une grande destinée...
 
Mon avis:
 
"Aimerez-vous" me demandait l'auteur dans sa dédicace ?  La réponse est oui !  A cent pourcents, OUI ! 
 
La preuve, la quête de cette enfant au caractère bien trempé et au destin hors du commun m'a émue aux larmes.  Un signe qui ne trompe pas !   

Dans la première partie de ce titre, intitulée "La fille-garçon", Pahoétama doit faire le sacrifice de sa féminité pour pouvoir accéder au savoir de son grand-père et découvrir toutes les richesses et les dangers de la mer.  Cette métamorphose tant physique que morale est radicale.  Du jour au lendemain, elle perd sa belle chevelure, s'habille comme les garçons du village, se mêle à leurs jeux et son grand-père l'appelle "fils".  Ce renoncement à sa vie d'avant n'est pas vain car, très vite, l'élève dépasse le maitre...

Mais, bien évidemment, les choses ne peuvent en rester là ! Dans la deuxième partie, intitulée "L'enfant du monde", elle doit encore aller plus loin.  Pour sauver l'âme de son grand-père à qui elle voue un amour profond, la jeune fille n'hésite pas à braver l'océan et à se rendre au Ventre du Monde afin de trouver l'offrande qui apaisera le Dieu Oana.  Ce voyage lui permet de découvrir le monde de ses propres yeux mais aussi de se découvrir elle-même... 

Outre ce parcours initiatique qu'on suit comme une aventure palpitante, se demandant avec émotion à quel moment la fille-garçon pourra renverser les préjugés et s'affirmer comme femme, on trouve dans ce roman bien d'autres ingrédients...

De l'humour pour commencer.  Ipomatomé, le grand-père de Paohétama, fait non seulement preuve de sagesse mais également d'un humour tout en finesse qui lui permet de se sortir des situations les plus périlleuses.  C'est par exemple lui qui arrive, par cet étrange subterfuge, à transmettre son savoir à son unique descendance.  Il y aussi, ne l'oublions pas, Ui-i, le petit cochon espiègle qui suit l'enfant partout ! 

De l'amour ensuite.  Tout d'abord, un amour inconditionnel entre un grand-père et sa petite fille où se mêlent tendresse, fierté et transmission.  L'Amour avec un grand "A" ensuite...  Un éveil que l'auteur aborde avec énormément de pudeur...

De la tolérance aussi.  En quittant les siens, en découvrant les autres, ceux de l'Autre Terre, les hommes-cochons, Paohétama fait là aussi tomber pas mal d'idées reçues.  Leurs ennemis de toujours ne sont guère différents d'eux.  En discutant avec les femmes de l'Autre Terre, elle prend également conscience du rôle pacifique que peuvent jouer les femmes.

Et pour finir, "des embruns et du vent" comme l'évoquait encore l'auteur...  Cette histoire fait en effet la part belle au monde marin et à ses merveilles.  Cette mer nourricière qui peut aussi, parfois, se montrer cruelle... 

Le style de l'auteur m'a lui aussi embarquée.  L'auteur a beau s'appeler Gilles Barraqué, son écriture est tout en douceur, tout en rondeurs...  féminines!  Avec des mots simples, empreints de poésie, il nous emporte dès les premiers mots pour une traversée sans encombre vers le Ventre du Monde et ses secrets originels.

En conclusion, même si cette histoire est censée se dérouler sur une ile qui "pourrait être l'une de l'archipel des Marquises, aux temps lointains, bien avant l'arrivée de l'homme blanc", les valeurs qu'elle met en avant sont quant à elles universelles et intemporelles.  L'amour peut vaincre de tout !
 
"Comment expliquer ce qui allait à l'envers de la marche du monde?
Je l'ai su par la suite: c'est la force des rêves. (...) 
Ce qui n'empêche pas d'avoir l'esprit pratique, bien au contraire.  Les vrais rêveurs sont des bâtisseurs.  Ils savent donner un corps à leurs rêves avec une grande énergie, presque un acharnement."

 

2 commentaires:

  1. Une belle découverte donc!
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! En conclusion, c'est exactement ça :-)
      Bon week-end à toi ausi.

      Supprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...