dimanche 21 octobre 2012

Jolene


L'histoire:
 
Aurélien, c'est le blues, son harmonica, son petit frère Armand à qui il lit les histoires du cachalot (en réalité la baleine de Moby Dick), une relation plutôt tendue avec un père qui part et qui revient et, avec les filles, c'est compliqué: il les séduit puis les jette !  Pourquoi tomber amoureux si c'est pour, de toutes façons, finir malheureux comme ses parents?
Pourtant, lorsque sa route croise celle de la tornade américaine Jolene, cette fille qui a du sang Sioux dans les veines, son coeur fait BOUM!  Va-t-il fuir, comme toujours?
 
Mon avis:
 
Un véritage feu d'artifice d'émotions diverses ce titre !  Trois parties le composent, qu'on pourrait titrer ainsi: avant, pendant et après Jolene.  Dans les trois, l'auteur décortique à merveille les sentiments du personnage principal, Aurélien.  De l'explication de sa goujaterie avec les filles à son lâcher prise lorsqu'il rencontre "son seul amour" jusqu'au bouleversement de la fin (dont je vous tairai la teneur), on peut vivre de l'intérieur, son cheminement intime.  Il faut dire que ce récit est écrit à la première personne.  Et qu'il sonne  bigrement juste !  En effet, l'auteur n'édulcore rien même si, par moments, ça fait mal !  Et pour le petit coeur du narrateur, comme pour le nôtre, ce sont les montagnes russes qui sont au rendez-vous !  Car le rythme de la narration est particulièrement effréné et on passe d'un instant à l'autre du rire aux larmes...
 
Ce qui fait l'intérêt des personnages d'Aurélien et de Jolene, ce sont surtout leurs fêlures.  En décalage par rapport aux ados qui les entourent, ils n'en finissent pas de guérir de leur enfance et rêvent d'Absolu, un peu comme l'Aurélien d'Aragon, illustré sur la 1ère de couverture.  Les personnages secondaires qui gravitent autour du héros sont à l'unisson.  Certains d'entre eux pourraient d'ailleurs avoir droit à leur propre histoire.  Je pense surtout à Jay Holloway, le grand-père de Jolene, ancienne gloire du blues, reconverti malgré lui dans la production de groupes à la mode ou à Rosemarie, la soeur de coeur d'Aurélien, jeune fille enceinte qui trouve sa force dans sa foi.
 
La musique fait également partie intégrante de cette histoire.  Les références aux grands standards du blues égrènent les pages.  La musique est le ciment qui réunit Aurélien et Jolene, c'est aussi ce qui sauvra Aurélien... 

Enfin, parlons de la plume de Shaïne Cassim...
 
"Je ne sais pas parler des choses merveilleuses. Je me dis qu'elles ont lieu, c'est tout. On ne sait pas raconter les beaux moments. Ils ressemblent trop à des cartes postales, à des photos pafaites, des clichés uniques. Une fois passés, ils n'ont pas de raison d'être racontés. Ils n'ont pas de valeur autre que celle d'avoir été vécus. Comme s'ils n'étaient pas faits pour être partagés."
 
L'auteur, elle, elle sait.  Avec un style extrêmement poétique, elle met les mots en musique et on est emporté dans sa mélodie douce-amère, pareille à la complainte du bluesman où il chante sa tristesse et ses déboires...
 
Bref, un titre qui vous donne une furieuse envie de (re)tomber amoureux(se) voire même d'avoir le blues...

Avec Jolene, je participe au 2e épisode du challenge Lire sous la contrainte proposé par Philippe du blog D'un livre à l'autre puisqu'il s'agissait de lire un livre avec un prénom dans le titre!
 




 
Pour prolonger le plaisir:  La playlist d'Aurélien et de Jolene...
 
Découvrez également l'avis d' Un Petit Bout de Bib(liothèque) ...


 

4 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout.
    Merci pour cette deuxième participation.
    Rendez-vous le 10 novembre pour les résultats et la troisième contrainte.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  2. je suis contente que ça t'ai plu...

    RépondreSupprimer
  3. ton livre m'attire,ta chronique transmet le coup de coeur que tu as eu pour lui.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...