jeudi 18 octobre 2012

CHERUB 1 - 100 jours en enfer

L'histoire:

James Choke a l'art de se mettre dans de mauvais draps, c'est plus fort que lui!  Et, lorsque sa mère décède, les choses ne font qu'empirer...  Le voilà séparé de sa soeur, placé dans un orphelinat où il se laisse entrainer par une bande de voyous dans une histoire de vol...  Après un sermon du policier et de la psychologue du centre, c'est le trou noir.  Il se réveille dans un endroit inconnu...  L'ado se demande s'il ne se trouve pas dans un centre de redressement destiné aux jeunes délinqants récidivistes !  En réalité, il vient d'être recruté par CHERUB, un département ultrasecret des services de renseignement britannique composé d'agents âgés de 10 à 17 ans !  Est-il prêt à intégrer leurs rangs?
 
Mon avis:
 
Voilà des années que mes élèves me tannent pour lire cette série.  J'ai enfin franchi le pas et ne regrette nullement cette entrée dans l'univers de CHERUB même si je me suis posée énormément de questions tout au long de ma lecture...

Sur la forme, rien à redire.  Le style de l'auteur est particulièrement agréable.  On entre très vite dans l'action et les péripéties se suivent sans se ressembler puisqu'il y a quasi trois grandes parties dans ce premier épisode: les déboires de James qui le conduisent à l'orphelinat et aux portes de la délinquance, son intégration et sa formation initiale à CHERUB et sa première mission au sein d'une communautée hippie où se cachent des écoterroristes.  Les personnages sont particulièrement attachants.  A la fois intelligents, robustes et ultra entrainés,  ils n'ont rien à envier aux agents secrets de sa majesté.  Pourtant, ils n'en restent pas moins des enfants et, une fois que la tension retombe, on a droit à un florilège de blagues, de batailles de chatouilles et autres chamailleries de gosses.

C'est justement ce point qui m'a interpellée : ce ne sont que des gamins!  A suivre l'entrainement initial particulièrement rude de James et de ses amis ainsi que les dangers qu'ils encourent lors de leurs missions, on ne peut que s'interroger sur la crédibilité d'une telle utilisation d'enfants par les services secrets britanniques, qui plus est à notre époque où les droits de l'enfant sont particulièrement défendus !  Vous me direz sans doute qu'on est dans la même veine que les Alex Raider ou, plus récent, Les Effacés.  Mais, ici, ce qui est peu envisageable et complètement amoral à mon sens c'est le nombre (plusieurs centaines) et le fait que ce soit l'Etat qui les utilise.  Comme le dit James, on ne les a pas forcés mais avaient-ils vraiment le choix: entre l'orphelinat, la délinquance voire la prison et tout ce que leur propose le programme CHERUB (infrastructures ultra-modernes, encadrement de qualité, apprentissages variés et motivants, ...), il n'y a pas photo!  Ce qui peut choquer également, c'est le recours à la violence.  Les recrues sont entrainées à se battre, à mentir, dissimuler, etc.  Comme le dit le directeur lors de sa première entrevue avec James:
 
"Certaines de tes tendances pourraient te valoir la prison dans le monde normal.  Ici, nous les considérons comme des qualités." 

Mais, bien sûr, il s'agit là de réflexions d'adulte.  Le jeune lecteur se laissera, quant à lui, entrainer sans retenue dans cette aventure palpitante qui flatte son gout du risque et lui propose un savant coktail de bravoure, dépassement de soi, entraide, amitié et amour... 

A vous de jugez si le coeur vous en dit !

3 commentaires:

  1. Je suis fan de cette série au contraire je la trouve tellement crédible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, des enfants-agents secrets en Angleterre et de nos jours, c'est peu vraisemblable ! Mais cela n'enlève rien aux qualités narratives de CHERUB. D'ailleurs, malgré ça, je me suis prise au jeu et je lirai probablement la suite ;-)

      Supprimer
  2. Je ne connais pas cette série. Je pense que je vais laisser ça aux ados.
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...