samedi 29 septembre 2012

Le magasin des suicides d'après le roman de Jean Teulé


L'inconvénient quand on lit un album graphique, c'est qu'on ne peut s'empêcher de faire des comparaisons avec l'oeuvre originale.  Globalement, l'adaptation est assez fidèle au texte.  On retrouve bien évidemment la famille Tuvache au grand complet : Mishima, le père, fier de cette petite entreprise florissante spécialisée dans la mort depuis près de dix générations; Lucrèce, la mère dévouée mais néanmoins quelque peu désabusée; Vincent, l'artiste torturé de la famille; Marylin, jeune femme un peu ronde et complexée et surtout le petit dernier, Alan qui, par son optimisme effréné dénote totalement dans le tableau!   

L'humour...  noir est bien présent également même si certains ressorts comiques ne sont pas exploités à fond (cf. par exemple l'origine du logo d'Apple). Impossible il est vrai de transposer l'intégralité du roman.  Olivier Ka, le scénariste, a dû faire des choix! 
Par contre, sont à mon avis de trop les quelques "gros mots" qui émaillent de-ci de-là les planches et qui n'étaient pas présents dans le texte d'origine ou en tout cas ne m'ont pas frappée à ce point. 

Pour ce qui est du dessin, certains points m'ont plu et d'autres un peu moins.  J'ai particulièrement apprécié les décors du magasin des suicides qui rendent hommage aux descriptions de l'auteur.  Il en est de même pour les doubles pages avec les tableaux de pommes et les dessins enfantins d'Alan relatant son séjour dans son camp de terroristes à Monaco.  Le choix des couleurs est lui aussi bien pensé, avec une nécessaire opposition entre les tons ternes reflétant l'état d'âme des Tuvache et plus loin de la ville entière où il pleut des suicidés et celles bien plus vives qui entourent le facétieux petit Alan!  Lesquelles vont finalement avoir le dessus?  Enfin, la dernière case réussit réellement à sublimer  la chute de l'histoire! 

Par contre, le découpage, ou plutôt l'absence de découpage sur certaines pages, m'a quelque peu perturbée.  Comme par exemple sur la planche ci-dessous où l'on retrouve Alan illustré à six reprises sur la même image...  Cette façon de procéder permet de mettre les décors en avant mais rend la lecture moins agréable.
J'ai également été quelque peu déçue par la représentation des personnages.   Je les imaginais beaucoup plus typés! De plus, à certains moments, j'ai trouvé que leurs traits manquaient un peu de finesse...
En conclusion: une transposition réussie de l'univers de Teulé mais un cran moins enthousiasmante que le roman!
 
Pour aller plus loin:

2 commentaires:

  1. Aaahhh je veux lire cette BD ! malgré tes bémols, je suis tellement fan de cette histoire que je ne me lasse pas !
    J'ai lu cette semaine "Le magasin des suicides - Le livre du film" et là, les personnages sont typés à souhait, c'est vraiment un régal pour les yeux. Mon billet paraitre demain.
    Puis je vais lire cette semaine "Reculer pour mieux sauter" de P. Leconte (même thème ^^) et enfin aller voir le film. Je me fais une petite cure d'humour noir :D
    Bisous bisous

    RépondreSupprimer
  2. Ca c'est une préparation!!!! Vais de ce pas lire ton billet...

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...