mercredi 19 septembre 2012

C'est mon premier jour d'école... tous les jours!


L'histoire:

Un premier jour d'école, qui plus est dans une nouvelle école, ce n'est jamais facile!  Ca l'est encore moins quand on accumule gaffe sur gaffe comme Artie.  Un vrai Gaston Lagaffe!  Aussi, lorsqu'il se réveille le lendemain, il espère avoir laissé ce mauvais rêve derrière lui.  Mais, comble de l'horreur, c'est la même journée qu'il s'apprête à revivre, encore et encore...
 
Mon avis:
 
Voilà des années que je n'avais plus lu un R.L. Stine.  Du temps de ses "Chair de poule", certains m'avaient plu et d'autres, beaucoup moins.  C'est avec curiosité et intérêt que j'ai donc entamé la lecture de ce titre. 
 
Si l'idée de la "journée sans fin" n'est pas neuve, j'ai trouvé original que l'auteur l'applique à ce jour emblématique par excellence.  L'idée de revivre continuellement la rentrée scolaire a de quoi faire flipper le plus téméraire des élèves, comme des profs d'ailleurs (moi y compris ;-))!
 
Coutumier du genre fantastique, R.L. Stine ne se contente pas de narrer les déboires d'un ado maladroit qui, en quelques heures, se met à dos tout le collège.  Non!  Bien au contraire, au fur et à mesure que l'intrigue avance, les phénomènes inexplicables s'additionnent.  Et, du récit classique, on glisse imperceptiblement, au récit fantastique voire d'épouvante.  La peur du narrateur va elle aussi crescendo.  Si la lecture du premier jour peut sembler un peu longue, la suite va en s'accélérant et on se surprend à vouloir tourner plus rapidement les pages afin de découvrir quand, et surtout comment, notre héros va pouvoir - enfin - entamer son 2e jour d'école!
 
Le suspense est bien au rendez-vous et le final, même s'il est dans l'air du temps, en surprendra plus d'un!
 
Par contre, je suis un peu plus mitigée en ce qui concerne le style...  Même s'il me faut admettre que la voix narrative est celle d'un jeune garçon de sixième et que ce titre s'adresse à coup sûr aux plus jeunes,  je regrette néanmoins que le niveau ne soit pas un cran supérieur tant pour le choix des mots, des images et même des tournures de phrases (notamment la concordance des temps).  Ces défauts résident-ils déjà dans le texte original ou s'agit-il de maladresses de traduction?  Peu importe, le résultat est là et, en ce qui me concerne, ma lecture s'en est trouvée quelque peu gâchée par moments. 
 
Ce petit bémol ne gâtera pas celle de nos jeunes lecteurs, j'en suis certaine!  Ils ne retiendront que les gags (très visuels!), le suspense, les frissons et...  le dénouement surprenant!
 
Un retour réussi pour ce maitre des frissons!
 

1 commentaire:

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...