dimanche 16 septembre 2012

Arc-en-cielles

 
L'histoire:
 
Pour Elliott, 12 ans, c'est la rentrée en 1ère année du secondaire.   Même si ça lui "fout un peu les jetons", il se rassure en se disant qu'il n'est pas seul: Arthur, son meilleur ami, est dans la même classe que lui.  Les choses se corsent pourtant lorsqu'il est pris à parti par les caïds de l'école qui le traitent de pédé.  Pas évident, dans ces circonstances, d'avouer que sa mère, veuve, s'est remariée avec...  une femme.
 
Mon avis:
 
Arc-en-cielles est le premier roman de Nina Emisson.  Professeur de français en Belgique, elle aborde avec ce titre une thématique peu développée en littérature jeunesse: celle d'enfants qui ont des parents homosexuels. 
 
Dans ce récit, Elliott, le narrateur, ainé d'une fratrie de quatre enfants, devra essuyer les plâtres pour ses frères et soeur.  Pas évident de se construire lorsqu'on est élevé par un grand-père qui désapprouve totalement le choix de vie de votre mère et la prend pour une malade, à un point tel qu'il a obtenu votre garde par tribunaux interposés.  Elliott, tout comme ses frères et soeur, supporte de moins en moins d'être séparé de sa mère et de son épouse.  Elevé dans un foyer uni et heureux lorsqu'il se retrouve chez elles les week-ends, il est plongé dans une ambiance bien moins chaleureuse la semaine.
 
L'ado se sent tiraillé...  et se pose énormément de questions:
 
"C'est vrai, quand j'y pense, est-ce que moi aussi je vais devenir homosexuel?  Est-ce que c'est une maladie?  Arthur, en étant mon copain, il peut devenir pédé?"
 
Heureusement, il trouvera dans son entourage familial des personnes qui répondront sans détour à ses questions.  Il pourra également compter sur ses amis et son professeur pour l'aider à faire face à la situation.
 
Avec des mots simples et beaucoup de pudeur, l'auteure réussit à propager son message d'amour et de tolérance.  Ce titre s'adresse directement aux jeunes d'aujourd'hui mais doit également interpeller toutes les personnes qui ont un rôle d'éducation à jouer.  Il est de notre devoir d'apporter des réponses claires et humaines aux jeunes dont nous avons la charge. C'est ce que fait Mlle Neven, le professeur de français d'Elliott et de ses amis, lorsqu'elle évoque avec eux les persécutions des Juifs mais aussi des homosexuels lors de la seconde guerre mondiale et leur propose de créer ensemble un panneau sur ce qu'est la tolérance...
 
Au-delà de ce sujet de fond, cette histoire nous fait également vivre le quotidien d'un jeune bien dans ses baskets.  Entre les amis, le 1er amour, l'école, la pratique du squash, la vie d'Elliott est bien remplie.   Malgré une vie de famille en demi-teinte, il fait preuve de beaucoup d'humour et de recul pour son âge.  Le ton ainsi que le langage familier qu'il emploie rendent le texte très agréable à lire.  J'ai souri à de nombreuses reprises, en particulier à la lecture des anecdotes du cours de français car j'ai droit, quasi quotidiennement, aux mêmes réflexions dans mes classes.
 
Pour exemple:
 
"- Les enfants, nous allons faire un petit récapitulatif: la nature et la fonction des mots.
(...)
Elle écrit au tableau noir la phrase: Paul est dans le jardin et souligne le mot Paul.
- Pascal, dis-moi un peu ce que c'est le mot souligné.
- Un nom propre.
- Bien.  Paul est un nom propre.  C'est sa nature.  Maintenant quelle est la fonction de "Paul"?
- Il est jardinier!"
 
 
En conclusion, un premier roman jeunesse réussi qui, loin d'être moralisateur, nous conte la vie quotidienne d'un jeune comme les autres!  Aux lecteurs maintenant de propager ce message de respect de l'autre et de sa différence!
 
Pour aller plus loin,
 
* d'autres titres à découvrir:
  • Oh, boy! de Marie-Aude Murail chroniqué par La littérature jeunesse de Judith et Sophie 
  • Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier, lecture commune proposée sur le blog collectif A l'ombre du grand arbre
* d'autres idées de titres sur La mare aux mots

Peut-être connaissez-vous d'autres titres qui abordent ce thème?  N'hésitez pas à me les communiquer en commentaire.  Je les ajouterai avec plaisir!
 
Merci à Geneviève T. pour cette découverte!
 
 

2 commentaires:

  1. Un sujet qui reste tabou et qui peut mettre certains jeunes mal à l'aise.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  2. ta présentation donne envie de le lire. et c'est vrai qu'il traite d'un sujet peu abordé.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...