lundi 23 juillet 2012

Le monde de Narnia 1 - Le neveu du magicien


L'histoire:

Londres, avant guerre.  Digory emménage avec sa mère souffrante chez son oncle et sa tante.  Quitter la campagne pour un "trou" comme Londres, quelle catastrophe pour lui!  Mais sa rencontre avec sa voisine Polly va changer le donne.  Bien malgré eux, ils se retrouvent projetés dans un monde inconnu...  où Digory commettra une erreur fatale!

Mon avis:

Vous vous êtes peut-être déjà demandé qui avait créé le monde de Narnia, d'où venait la Sorcière blanche et pourquoi elle avait le coeur aussi froid, qui était réellement le professeur Kirke et d'où lui venait la fameuse armoire magique ou encore pourquoi un réverbère trônait en plein milieu de Narnia! 

Toutes les réponses se trouvent dans ce premier tome "Le neveu du magicien" qui, en réalité, à l'origine, est l'avant dernier de la série qui compte sept tomes.  Il s'agit d'une préquelle où l'auteur relate les origines de Narnia.


On assiste, en spectateurs privilégiés, à la naissance de ce monde, issu de rien.  La flore et la faune - ordinaire et extraordinaire, les créatures fantastiques, les premiers roi et reine...  Mais, avec la création de cet univers, s'est immiscé le mal!  La faute est imputable à un fils d'Adam, Digory  Kirke en personne!  Ah!  S'il avait écouté Polly (il faut toujours écouter les filles, c'est bien connu!), peut-être que les choses auraient été différentes mais aurions-nous alors découvert le monde de Narnia?  Rien n'est moins sûr!

"Choisis, intrépide étranger,
Frappe la cloche et brave le danger,
Ou imagine jusqu'à en devenir fou
Ce qu'il serait advenu si tu avais frappé un coup"

Certains reprocheront peut-être à l'auteur ses propos parfois misogynes ou moralisateurs, voire même sa conception judéo-chrétienne de la création du monde de Narnia (sorte de remake du récit biblique) mais il ne faut pas oublier que ce texte date quand même de 1955 et que l'action est censée se dérouler avant la première guerre mondiale. Autre époque, autres moeurs!  D'ailleurs, l'auteur lui-même prend du recul par rapport à certaines manières de faire ou de penser par une petite formule du genre: "c'était le genre de chose qui arrivait souvent à cette époque"... 

De manière générale, il intervient souvent pour, d'une part, nous faire part de ses réflexions sur les réactions des personnages et, d'autre part, attirer notre attention sur des élèments qui éclairent les autres épisodes.  Ces apartés créent une complicité agréable avec le lecteur qui se sent intégré dans l'aventure.  L'humour est très présent également ainsi que la critique à l'égard des adultes.

" - (...)  Une maison ne peut pas être vide depuis tant d'années sans qu'il y ait un mystère, ça ne tient pas debout.
- Papa pense que c'est à cause de l'état de la plomberie.
- Pouah!  Les adultes ont toujours des explications d'une platitude!  rétorqua Digory."

J'ai particulièrement été touchée par la mise en garde d'Aslan où l'auteur évoque évidemment les deux guerres mondiales et l'usage de la bombe atomique pour y mettre un terme:

"- (...)  Nous ne sommes quand même pas aussi mauvais que ce monde, Aslan?
- Non, pas encore, fille d'Eve, mais vous êtes sur la voie.  Qui sait si l'un des vôtres ne découvrira pas lui aussi un secret aussi nuisible que le Mot Déplorable et ne l'utilisera pas pour détruire tous les êtres vivants?  Bientôt, avant même la fin de votre vie, les plus grandes nations de votre monde seront gouvernées par des tyrans qui ne se soucieront pas plus de joie, de justice et de clémence que la reine Jadis.  Tâchez donc de mettre en garde les vôtres."


En conclusion, même si le clivage entre les bons et les méchants est particulièrement tranché, même si ces derniers sont un peu caricaturaux, même si le schéma narratif est somme toute assez classique, on assiste ici à la naissance d'une épopée à laquelle j'ai totalement adhéré.  Les illustrations toute en finesse de Pauline Baynes (à l'origine, en noir et blanc) n'y sont pas étrangères non plus.



D'ailleurs, je ne suis pas la seule puisqu'il semblerait que ce soit ce tome qui constitue le volet 4 des aventures de Narnia au cinéma.  Sortie prévue en décembre 2012...  A suivre!


3 commentaires:

  1. Je connais, comme tout le monde, mais je n'y ai pas gouté...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai une aversion certaine pour le premier film. Alors que je trouve le second fort agréable à suivre. Mais je ne me suis jamais penchée sur les romans. Et ton article me donne envie de le faire.

    Je viens de terminer une autre grande saga jeunesse, qui sait, peut-être qu'il est temps de me mettre à Narnia...

    RépondreSupprimer
  3. Oui, certainement... De mon côté, il faudra aussi que je me penche sur la série des Percy Jackson! Oui! oui! j'ai fait ma curieuse, il me fallait découvrir de quelle saga tu parlais ;-)

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...