dimanche 24 juin 2012

L'odeur du papier


Elle poussa la porte (1) et reconnut instantanément cette odeur de vieux papier qu'elle aimait tant.  Cette petite odeur de bon moisi, de moisi noble et serein qu'elle n'avait pas oubliée. (...)
L'endroit débordait toujours autant de bouquins.  Il y en avait du plancher au plafond, empilés dans un désordre savant, reposant sur une équation alphabétique dont seul le propriétaire connaissait la solution.

Bertrand Puard, Les Effacés [Opération 1]  Toxicité maximale

(1) Le Père Pénard dans le vieux Lyon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...