dimanche 24 juin 2012

Les effacés [opération 1] Toxicité maximale



L'histoire:


Ilsa, Mathilde, Emile et Zacharie sont des Effacés, des jeunes dont les parents ont été assassinés parce qu'ils en savaient trop et qui ont été sauvés in-extremis d'une mort programmée par un mystérieux médecin, ancien patron de l'institut médico-légal de Paris, Nicolas Mandragore.  Déclarés officiellement morts, il peuvent avec leur mentor se mettre à la recherche de la vérité...  Dernière recrue, Niel dont la mère a été tuée parce qu'elle avait découvert un complot mettant en cause des financiers, des hauts dignitaires de l'Etat et un puissant laboratoire pharmaceutique.  Leur mission: empêcher la propagation d'un virus hautement mortel!  Mais que peuvent cinq ados, même super entrainés, contre le machiavélisme mercantile du patron de ProCure, Angélias Amadieu?

Mon avis:

Ce titre est un mélange de James Bond, de Charlie et ses drôles de dames voire de Nikita, version ado!  On y retrouve tous les ingrédients des films d'espionnage.  Nos Effacés sont formés aux techniques de combat au corps à corps, apprennent à piloter voitures et avions, étudient les langues étrangères, possèdent the licence to kill même s'ils essayent dans la mesure du possible de ne pas utiliser d'armes pendant leurs missions, disposent des technologies informatiques de pointe, etc.  Bref, de vrais petits espions dirigés à distance par leur mentor grâce à un implant miniature derrière l'oreille.

Même si les membres de cette organisation sont "liés par leur soif de justice et leur refus de tout pouvoir abusif", on ne peut que s'interroger, à l'instar de Neil, dernier arrivé, sur les zones d'ombre qui entourent celui qui tire les ficelles, Nicolas Mandragore.  Pour quelles raisons n'a-t-il plus aucune empreinte digitale, d'où lui vient sa fortune et surtout pourquoi a-t-il choisi cinq adolescents pour déjouer des complots d'envergure internationale?  

Pourtant, malgré ces nombreuses questions sans réelle réponse dans ce premier tome, on entre sans tarder dans l'intrigue qu'il est bien difficile de lâcher avant la fin.  Final explosif qui vous laissera d'ailleurs sur votre faim avec une furieuse envie de croquer immédiatement dans le tome 2!

L'aventure est menée tambour battant et nos cinq jeunes doivent surmonter pas mal de contretemps pour contrer les plans des puissants de ce monde.  Entièrement tournée vers l'action, cette intigue haletante laisse néanmoins peu de temps pour dévoiler la personnalité de nos jeunes héros.  Deux Effacés sont cependant davantage sous les feux de la rampe.  Il s'agit d'Ilsa et de Niel qui partagent de nombreux points communs.  Tous deux se posent énormément de questions sur leur rôle et leur avenir même s'ils abordent le problème avec une sensibilité bien différente, plus dans la retenue pour la jeune fille, beaucoup plus dans la provocation pour le jeune homme.  Tous deux sont également fous de lecture...  Ce qui nous permet une petite incursion dans la maison de Victor Hugo à Guernesey ainsi qu'une description savoureuse d'une boutique de livres d'occasion à Lyon, Le Père Pénard:

"Elle poussa la porte et reconnut instantanément cette odeur de vieux papier qu'elle aimait tant.  Cette petite odeur de bon moisi, de moisi noble et serein qu'elle n'avait pas oubliée. (...)
L'endroit débordait toujours autant de bouquins.  Il y en avait du plancher au plafond, empilés dans un désordre savant, reposant sur une équation alphabétique dont seul le propriétaire connaissait la solution."


Côté littérature, ce tome laisse également la part belle au Prince de Machiavel avec plusieurs citations énigmatiques!

Quant au cadre, l'histoire se partage entre la  France (Paris, Lyon (les Lyonnais y trouveront d'ailleurs une description assez minutieuse du vieux Lyon), vallée de Chevreuse) et le Québec (iles de la Madeleine)   avec de petites incursions à Genève et Guernesey.  Les différents lieux constituent d'ailleurs les titres des chapitres, ce qui permet au lecteur de suivre plus facilement les différents protagonistes et développements de l'histoire. 

Le sujet, quant à lui, n'est pas vraiment neuf!  Ce spectre de virus créé et diffusé par les groupes pharmaceutiques eux-mêmes afin d'engranger des plus values faramineuses en vendant par la suite le vaccin et l'antiviral est bien présent dans l'opinion publique.  Là où l'auteur pousse le bouchon un peu plus loin, c'est lorsqu'il attaque directement l'Etat français!  A la question de savoir pourquoi diffuser le virus en France, Amadieu répond: "Et bien parce qu'on y trouve, jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, des gens prêts à vendre leur maman pour quelques euros."  Une vision assez noire des collusions qui peuvent exister entre le pouvoir et l'argent!

En conclusion: une intrigue bien ficelée, de nombreux rebondissements, un suspense maintenu jusqu'au bout (et même au-delà puisque la dernière ligne offre un cliffhanger détonant), des personnages attachants qui n'ont pas encore livré tout ce qu'ils ont dans le ventre,...  bref un excellent premier tome à emporter cet été!



Avec ce titre, je participe au

 d'Evy.
Bertrand Puard est un auteur français
et l'action de ce premier tome se déroule en grande partie en France.

Pour aller plus loin:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...