lundi 7 mai 2012

Noces de sel


L'histoire:

Valentin Sol est l'un des plus célèbres raseteurs de Camargue.  Le matin de la fête votive d'Aigues-Mortes, un cauchemar le réveille: il se voit enterré debout face à la mer.  Selon la tradition, ce sort est réservé aux plus valeureux taureaux.  Bon ou mauvais présage à quelques heures d'entrer dans l'arène?  Ce mauvais rêve est d'autant plus troublant que la veille, celle qu'il aime en a épousé un autre...  Certains poisons d'amour sont-ils mortels?

Mon avis:

J'ai retrouvé avec grand plaisir Maxence Fermine, cet auteur à la plume qui rend si bien hommage à nos cinq sens. 

Tout d'abord, ce titre a fonctionné comme une "petite madeleine de Proust".  En me plongeant dans cette histoire, j'ai retrouvé les couleurs et les saveurs de la cité médiévale d' Aigues-Mortes, découverte adolescente.

"Un oasis en plein désert au milieu d'un océan de taureaux noirs, de chevaux blancs et de flamants roses."
Ensuite, ce titre était instructif.  L'auteur  apporte quelques précisions historiques et culturelles sur l'origine du nom Aigues-Mortes, sur le sel - l'or blanc- qui fait sa richesse, sur les fêtes votives qui y sont organisées en octobre et les jeux de l'arêne ...

"(...)  le raset est l'art de savoir frôler l'animal dans l'arêne.  Pas de combat comme dans la corrida, mais un jeu où le taureau n'est jamais mis à mort, et où le bon raseteur, agile comme un danseur, doit avoir le sens du spectacle."

Enfin, en grande sentimentale que je suis, je n'ai pu résister à cette version moderne de "Roméo et Juliette". Car il s'agit bien ici d'une  tragédie... camarguaise, l'histoire d'un amour contrarié entre Valentin Sol, héros de la ville une fois par an et apprenti saunier le reste du temps et  Isoline Fontanès, la cadette du boulanger de la cité.  Pour une raison mystérieuse, le  père Fontanès a tout fait pour séparer les amoureux et pousser sa fille dans les bras d'un autre.  Cette  tragédie se cristallise autour du silence qui entoure les secrets de famille.

"Le secret est une fleur vénéneuse, un poison qui ronge et qui détruit à petit feu."

Narrativement, cette chronique d'un drame annoncé ne se déroule pas de manière linéraire.  On a droit à des retours en arrière et des bonds dans le temps...  Ce découpage narratif nous permet de reconstituer peu à peu le puzzle de ce drame jusqu'à la découverte de l'ultime pièce, la clé de voute de cette passion contrariée.

Nous sommes donc confrontés à un dilemme: d'un côté, l'envie de tourner les pages afin de comprendre le fin mot de l'histoire et, de l'autre, vu la brièveté du texte (120 pages), celle de retarder encore et encore le moment de lire la dernière ligne...  et de fermer définitivement ce livre aux couleurs du Sud.

Mais qu'à cela ne tienne, lorsque, cet été, je me promènerai sur les murailles de la ville, j'aurai une pensée émue pour Valentin et Isoline et leurs Noces de sel (en cliquant sur le lien, découvrez le poème déchirant que Valentin écrit à celle qu'il a aimée "un instant fugace ou une éternité"...).


En attendant, quelques images de cette fête votive:

"Les fêtes votives existaient depuis plus d'un siècle et remontaient à l'époque de la transhumance des taureaux de Camargue vers les pâturages des Cévennes.  Les troupeaux traversaient alors les villages, et les habitants, excités par leur présence, tentaient par tous les moyens de faire échapper les taureaux.
Par la suite, tout cela était devenu un jeu, puis une fête célébrée chaque année, durant laquelle le taureau devenait le symbole de tout un pays." (page 17)

Avec ce billet, je participe au

  (Cliquez sur l'image pour découvrir tous les autres billets...)

2 commentaires:

  1. J'ai été vraiment déçu par ma lecture, que je n'ai pas trouvé d'un grand intérêt pour ma part..

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas ce qu'il y a dans l'air aujourd'hui: les hommes réagissent à mes billets ;-) (Autre réaction similaire sur L'échappée belle d'Anna Gavalda.) Ces titres doivent sans doute être de ceux qui parlent davantage aux femmes... C'est un fait que nous sommes en général très attachées à tous ces petits détails qui vous semblent parfois sans intérêt.
    Sans rancune et heureuse de vous découvrir ainsi que vos critiques de qualité! A bientôt.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...