mardi 10 avril 2012

Les dix enfants que Madame Ming n'a jamais eus

L'histoire:

Madame Ming est "dame pipi" au Grand Hôtel à Yunhai, dans le sud de la Chine.  Négociant dans le commerce du jouet, le narrateur a pris l'habitude, afin de mettre la pression sur ses partenaires, de quitter régulièrement la table des négociations.  Il se rend donc très fréquemment aux toilettes où il s'entretient  longuement avec ce personnage extraordinaire qui manie aussi bien l'égalitarisme de Mao que l'humanisme de Confucius.  Un jour, elle lui annonce qu'elle a dix enfants.  Cela semble un mensonge outrancier quand on connait la politique de contrôle des naissances de l'Etat chinois.  Mais toute vérité est-elle bonne à dire? 


Mon avis:

Ce dernier tome du Cycle de l'invisible est un vrai coup de coeur.  J'y ai retrouvé avec plaisir le phrasé inimitable de l'auteur.  A tel point que parfois c'était sa voix que j'entendais au détour des pages.

"La Chine, c'est un secret plus qu'un pays."

Dans ce volet, il nous convie à un fabuleux voyage au coeur d'une Chine résolument tournée vers le futur mais qui, malgré une industrialisation outrancière, conserve sa sagesse d'antan: celle de Confucius.

Au gré des anecdotes de Madame Ming sur ses dix enfants, nous nous débarrassons de nos certitudes matérialistes occidentales et nous nous imprégnons peu à peu de la philosophie asiatique. 

Madame Ming distille ses "phrases aigrelettes qui piquent l'esprit" et nous amène à réfléchir sur ce qui fait de nous des individus distincts.   En effet, Madame Ming voit en chacun de "ses enfants" ce qui le rend unique.  Elle nous enseigne que c'est cette individualité qu'il faut, en chacun de nous, déceler et cultiver avec amour. 

A un degré supérieur, elle nous enseigne qu'au delà de nos individualismes, la vraie richesse des hommes est à chercher ailleurs: dans l'ouverture aux autres, la recherche de l'harmonie, les liens familiaux, la transmission d'une sagesse...


Par son histoire, au pays de l'enfant unique, Madame Ming lance un cri.  Ce cri fait écho chez le narrateur.  En cela, il devra beaucoup à Mme Ming.  Grâce à elle, il découvrira ce qui peut donner sens à sa vie...

A nous, lecteurs, elle nous rappelle que l'essentiel est et demeure immatériel...

A la différence des Européens qui conservent des ruines gallo-romaines au coeur de leurs métropoles mais oublient Sénèque, qui visitent des cathédrales en délaissant le christianisme, les Chinois ne logent pas leur culture dans les pierres. Ici, le passé constituait le présent de l'esprit, pas une empreinte sur la roche. Le monument demeurait secondaire, d'abord comptait le coeur spirituel, gardé, transmis, vivant, incessamment jeune, plus solide que tout édifice. La sagesse résidait dans l'invisible, l'invisible qui s'avère éternel à travers ses infinies métamorphoses, tandis que le minéral s'effrite.

Bien sûr, vous l'aurez compris, Madame Ming c'est Confucius...  Le texte est d'ailleurs émaillé de ses nombreuses pensées.  Un top trois de mes préférées:
  1. "Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine."
  2. "L'herbe, si le vent vient à passer, s'incline nécessairement."
  3. "Pas trop d'isolement, pas trop de relations, l'exact milieu, voilà la sagesse."

Envie d'écouter les histoires pasionnantes de Madame Ming, mère géniale ou affabulatrice touchante?  De rencontrer ses dix enfants: Kun et Kong, les acrobates; Da-Xia, la tueuse de Madame Mao; Zhou, l'intellectuel; Ru, l'érudit; Li Mei, la dessinarice qui voit ce que nul ne voit et les autres? 
Alors, n'hésitez pas et laissez vous emporter par ce petit conte philosophique.  Tout comme le narrateur, votre coeur balancera entre doutes et certitudes...  pour, au bout du chemin, peut-être, découvrir le secret de la Chine... si ce n'est celui de la vie...

Petits plus:

6 commentaires:

  1. Je l'ai lu et chroniqué il y a quelques jours et je l'ai aussi beaucoup aimé. Sacrée Madame Ming <3<3<3
    Au plaisir de te lire :)
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais de ce pas découvrir ta chronique alors...

      Supprimer
  2. Je lis tout de cet auteur donc un jour ce sera celui-ci. Quand il sortira en poche.
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aimé tous les livres de cet auteur.Il me tarde de découvrir & savourer celui-ci! Merci pour cette jolie critique qui me donne encore plus l'eau à la bouche . Corinne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire! Bonne lecture...

      Supprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...