dimanche 22 avril 2012

Eona et le collier des Dieux


L'histoire:

Eon, devenu Eona, l'oeil du dragon Miroir, gardien de la vérité, est désormais une fugitive.  Entourée de Ryko, le guerrier, et de Dela, la contraire, elle tente de rejoindre les rangs de la résistance pour soutenir Kygo, l'Empereur légitime, contre l'usurpateur Sethon.  Malheureusement, elle est incapable de maitriser son pouvoir or, sans ce soutien, le jeune empereur ne pourra récupérer son trône.  Seul, sire Ido, l'oeil du dragon Rat, gardien de l'ambition, responsable de la mort des autres yeux de dragon, pourrait lui enseigner ce qu'elle n'a pas eu le temps d'apprendre mais celui-ci est détenu dans les geôles de Sethon.  Faut-il sauver celui qui a semé un tel chaos?  Ce dilemme est loin d'être le seul auquel Eona sera confrontée!


(Cliquez sur l'image pour l'agrandir!)
Mon avis:

Je viens de terminer ce pavé de plus de 650 pages et le moins qu'on puisse dire c'est que l'épopée se termine en fanfare même si j'ai un peu été freinée dans mon enthousiasme en raison de certaines longueurs narratives!

"Déchirée entre l'amour de deux hommes puissants, Eona pourra-t-elle se libérer du passé et affronter la vérité bouleversante sur elle-même, le dragon Miroir et le Rang de Perles? A moins qu'elle ne soit vouée à jouer jusqu'au bout une tragédie séculaire, capable de tout détruire sur son passage..."
Le coup d'envoi du deuxième tome présageait une intrigue musclée où passions et luttes de pouvoir allaient se déchainer.  De ce côté-là, pas de déception.   Eona sera confrontée à de très nombreux dilemmes.  AMOUR, RAISON d'ETAT, POUVOIR!  Il ne sera pas évident pour elle de choisir! 

En tant qu'unique lien avec les dragons, elle est au centre de toutes les convoitises politiques.  Statégies, mensonges, trahisons règnent donc en maitre dans ce tome.  La préface rédigée par le bibliothécaire impérial commence d'ailleurs par ces mots: "Un sage écrivit un jour: "La vérité est la première victime d'une guerre.""

La violence et la mort sont également très présents.  Et l'auteure, tout en restant dans les limites du supportable, ne nous épargne ni les scènes de destruction ni celles des tortures.  Elle évoque également les maisons de plaisir et les jeunes filles qui sont envoyées en pâture à l'Empereur.  Et on vibre à l'unisson lorsque Eona doit se faire passer pour l'une d'entre elles et se retrouve confrontée à la perversité de Sethon.

Au coeur de toute cette violence, signes d'une envie d'espérance, se nichent la vérité, la sensualité, l'amour...  l'équilibre!

Habituée depuis des années à se faire passer pour un garçon, la jeune fille, en s'associant à son dragon femelle, a  dû révéler sa féminité.  Les hommes la regardent désormais avec d'autres yeux et, elle-même, s'éveille à des sentiments jusque là inconnus.  Cette évolution donne lieu à des passages très sensuels dans le récit.  Partagée entre son amour pour Kygo et son attirance pour Ido, Eona sera bien en peine de repousser l'un comme l'autre!

Pour lire un extrait un peu chaud, c'est ICI!
Eona devient également le "naiso" de l'Empereur, c'est-à-dire le plus important de ses conseillers, chargé de lui dire "la vérité quand d'autres seraient tentés de mentir, de flatter...  et de trahir".  Pourtant, elle lui cache tant de choses...

Bref, vous l'aurez compris, dans cette suite et fin des aventures de la jeune infirme devenue la femme la plus importante de l'Empire, les événements se suivent et ne se ressemblent pas.

Seul défaut, cependant, le récit, par moments, m'a semblé un peu poussif et j'ai - je l'avoue - lu certains pages en diagonale.  Il s'agit surtout des moments où l'auteure décrit les passages dans le monde énergétique, celui des dragons. 

En conclusion: Une épopée fantastique en deux tomes de grande qualité tant sur le fond avec "Une Chine" réinventée avec intelligence par l'auteure * et des personnages très fouillés que sur la forme avec une écriture fluide, rapide, colorée, poétique... 
Si vous avez aimé Le clan des Otori, cette saga devrait vous plaire!

* Dans une note à la fin de son oeuvre, l'auteure précise que L'Empire du dragon Céleste est un monde imaginaire inspiré par l'histoire et la cultire de la Chine et du Japon.  Elle propose, pour ceux que ça intéresse, de retrouver une partie de sa documentationnsur son site: www.alisongoodman.com.au.

Pour retrouver mon avis sur le tome 1, c'est ici!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...