mercredi 21 mars 2012

Une bouteille dans la mer de Gaza




Tal Levine a 17 ans.  Elle est née à Tel-Aviv en 1986 et vit à Jérusalem.  "Tout le monde connaît Jérusalem (...), c'est une ville qui fait beaucoup de bruit."  Tal aimerait "mettre le silence à fond" mais ne sait comment faire...  Un jour, suite à un attentat-suicide dans son quartier, elle ressent le besoin d'écrire et de jeter une bouteille dans la mer dans l'espoir de communiquer avec une jeune Palestinienne.  A défaut, c'est un Palestinien qui lui répond sous le pseudo de Gazaman, et de manière plutôt cinglante !  Tal a-t-elle tort de croire qu'une entente est possible ?


J'ai pris énormément de plaisir à lire ce livre et je le conseille vivement à ceux qui, comme moi, sont des éternels optimistes et croient qu'il suffit parfois de quelques personnes de bonne volonté pour changer la face du monde !

Tal et Naïm sont des "Roméo et Juliette du troisième millénaire".  Des années de haine les séparent.  Mais, au fond, ils sont plus proches qu'ils ne le croient : tous deux partagent le même rêve - vivre libres !

"On porte tous notre peuple sur le dos, c'est lourd, lourd, lourd, ça écrase, ça donne envie de fermer les yeux."


Valérie Zenatti, avec un style jeune et d'une efficacité sans faille, nous convie à entrapercevoir l'envers du décor.  A travers les yeux de ses deux héros, on découvre ce que représentent réellement ces images vues et revues à la télévision : les attentats, les frappes armées, les bouclages, les couvre-feux, ...  Il faut dire qu'elle-même a vécu toute son adolescence en Israël, ce qui en fait un témoin de premier plan.  Sans prendre parti, tour à tour, elle nous livre les deux versions de ce terrible feuilleton.  Pour mieux nous faire comprendre les tenants et les aboutissants de ce conflit armé, elle évoque, lorsque c'est nécessaire, quelques repères historiques clés. 


Le choix du genre, un roman épistolaire (à la mode d'aujourd'hui puisque nos deux héros échangent par courriels) entrecoupé de quelques réflexions personnelles de Tal et Naïm, est particulièrement judicieux.  Il nous permet de vivre les évènements à chaud et de partager les émotions fortes des personnages.  Cette manière de raconter rend le récit crédible et authentique !  Tal et Naïm existent, j'en suis persuadée... 

Ce récit qui traite d'un sujet sérieux n'est cependant pas dénué d'humour et de sens critique.  Naïm et Tal sont tour à tour drôles, émouvants, railleurs voire même cyniques.  J'ai particulièrement apprécié par exemple  le portrait sans concession que dresse Naïm d'Internet :

"Tu cliques et tu es ailleurs.  Tu es le maître du monde, tu possèdes tout.  De la musique étrangère.  Des joueurs de foot.  Des jolies filles aux cheveux lisses et en maillots de bain qui te sourient.  Des jeux de stratégie, de réflexion, de combat.  Le soleil en train de se coucher à Sydney.  Les catalogues des bibliothèques du monde entier.  Les films qui viennent de sortir aux Etats-Unis.  Des gens qui racontent leur vie sur un site perso (leur première nuit d'amour, leur premier chagrin, leur accouchement).  La météo à Bombay.  Des sites de lycées très chers, d'universités très belles, d'associations pour la protection des escargots, d'associations contre le tabagisme, pour le tabagisme, contre les voitures, pour la généralisation de la trottinette, (avec présentation d'un prototype spécial troisième âge, et un autre avec porte-bébé intégré).  Des parfums, des voitures, des fringues.  Des sites porno, bien sûr.  Le journal télévisé suisse.  Des "chats" avec des pseudos rigolos.  Des "chats" avec des pseudos idiots.  Toutes la connerie et la richesse du monde là, sur la Toile."  


Mais, ce qui domine par dessus tout, c'est le message d'espoir véhiculé par ce récit.  D'un côté, si on assiste, impuissants, aux traumatismes multiples que ce conflit engendre ; de l'autre, on côtoie, également, des personnes qui rêvent d'un avenir meilleur où, entre les Palestiniens et les Israéliens, il pourrait "y avoir autre chose que des corps déchiquetés, du sang et de la haine" !

"- (...)  Si quelqu'un la trouve et m'écrit, ce sera déjà un signe.
- Un signe de quoi? (...)
- Qu'aucune frontière entre les peuples n'est impossible à traverser."

Message reçu!

Du livre au film...

Sur le rabat de la nouvelle jaquette de ce livre, Valérie Zenatti explique comment le réalisateur Thierry Binisti lui a proposé de "mettre des images sur cette histoire".  Aujourd'hui, Tal et Naïm ont un visage "dont je suis très fière" précise l'auteure.
Je ne doute pas de retrouver dans ce film les ingrédients qui pour moi font le succès de ce livre : un récit jeune, criant de vérité et d'émotion !



Et pour rester dans l'ambiance, la playlist de Tal et Naïm...

1 commentaire:

  1. J'ai lu ce livre il y a plusieurs années. J'ai beaucoup aimé. Je ne me souviens plus de l'histoire mais bien du thème abordé. Un livre qu'on n'oublie pas tout à fait.
    Bonne fin de weekend.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...