lundi 5 mars 2012

La playlist de Jasper...




"Post-it
Vivre, c'est avoir des problèmes et essayer de les résoudre."

Dans cet EXCELLENT tome 7, Car nos coeurs sont hantés, on découvre pourquoi Jasper est soudain réceptif au heavy metal et qui lui souffle les paroles des chansons qu'il ne connait pas... 
Ombe bien sûr!

C'est ainsi que, lorsqu'il est aux prises avec un affreux garou, Jasper fredonne un air pour se donner du courage...  Il s'agit de Powershifter de Fear Factory, le groupe préféré d'Ombe!

"You want war
You got war
More than you bargained for..."


 OUAH!  Ca décoiffe! Hein!

Lorsque Otchi disparait dans les entrailles de la terre, les paroles d'une chanson des Doors, Shaman's Blues lui reviennent, qu'il fredonne en guise d'oraison funèbre:

"And there will never be
Another one like you
There will never be
Another one who can
Do the things you do, oh...
How I must feel
Out on the meadows
While you run on the field
I'm alone for you
And I cry..."

"Tu m'as fait courir, Sibérien.  Tu m'as flanqué des sueurs froides et je n'ai pas compris tes motivations, ni ce qu'il y avait dans ton regard.  Cependant...  tu aurais eu tant à m'apprendre!"




Après les révélations du lycan Nacelnik, Jasper est bouleversé...


Flashback...

Un ciel sans bougie

"J'avais promis à ma mère de ne pas quitter l'appartement pour le Jour de l'an.
Je n'ai pas obéi.

Ombe ne me parlait plus.  Elle avait disparu pour de bon.  J'avais envie de hurler.
Et puis le ciel était trop bas; la pluie coulait comme des larmes le long des nuages gris.
J'ai mis ma cornemuse dans un sac en plastique et, perdu dans mes pensées, j'ai marché un long moment dans la ville morte."


"A quoi servent les notes d'une musique, à quoi servent les mots d'une chanson, sinon à remplir la mer que d'autres ont vidée?  A repeindre des horizons qui ont été effacés?  A forger les maillons de la chaine qui nous rattache au soleil?
A ériger un lieu habitable sur les territoires du néant..."


Toujours sous le choc, Jasper marche... pour ne pas tomber.  Les paroles de Nacelnik rebondissent à l'intérieur de sa tête...

" Pourquoi est-ce que je me prends la tête comme ça?
J'ai faim et je suis crevé.
Il est temps de rentrer à la maison.  Même si personne ne m'y attend, ni grande soeur ni mère; ni Nina ni Jean-Lu.
Mon long manteau noir claquant dans le vent, je prends la direction de l'avenue Mauméjean.
I am a poor lonesome crow-boy..."



Mais, comme toujours, les apparences sont trompeuses...  ou comme le dit si bien l'auteur dans un de ses POST-IT:

"Une chose qui convainc n'est pas vraie pour autant.
Elle est seulement convaincante..."

Pour la playlist d'Ombe, c'est ICI!
La critique du tome 7, Car nos coeurs sont hantés, ICI!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...