mercredi 22 février 2012

Liste de tous ces petits riens qui font que j'aime La délicatesse de Foenkinos


"La délicatesse", c'est l'histoire d'un amour parfait foudroyé en plein vol, d'un deuil qui n'en finit pas de finir, d'une renaissance miraculeuse...  Une pièce de la vie jouée en trois actes.


Il en va de même pour les coups de foudre comme pour les coups de coeur, le coeur a ses raisons que la raison ignore"!  Que les cartésiens et leurs histoires de phéromones et d'amour qui dure trois ans passent leur chemin.  Ils ne trouveront ici que des explications irrationnelles...  qui ne pourront les satisfaire.  Quant aux autres, un seul conseil, profitez du temps présent en amour comme en littérature!  Il sera encore bien temps, plus tard, bien plus tard, de faire un relevé des défauts!


Liste de tous ces petits riens qui font que j'aime ce livre:
  1. Le titre "La délicatesse" qui rime avec "promesse" et "tendresse".  Promesse d'un "après la pluie, le beau temps".  Tendresse, denrée aussi vitale à l'Homme que l'air qu'il respire.
  2. Les 117 parenthèses faites de petits riens (une définition, une liste de titres, des résultats sportifs, etc.) mais qui égrènent les pages jusqu'au final où l'héroïne, Nathalie, dans une ultime partie de cache-cache avec la vie, compte jusque 117 et ouvre les yeux en signe de renaissance.
  3. Le personnage de Nathalie, un femme plutôt discrète qui aime rire et lire, "deux occupations rarement simultanées puisqu'elle préfère les histoires tristes".
  4. La rencontre de Nathalie et de François, dans la rue.  Eh non!  Ca n'existe pas qu'au cinéma, je peux vous l'assurer!
  5. L'idée romantique que François se fait de l'amour: "Soumis à la dictature de la sensualité, il n'en demeurait pas moins un homme romantique, pensant que le monde des femmes pouvait se réduire à une femme".
  6. Le fait que, dans les trois titres préférés de Nathalie, il y ait L'Amant de Marguerite Duras.  Un récit qui allie puissance extrême et lenteur infinie...  un peu à l'image de cette histoire, d'ailleurs!
  7. La chanson qu'elle chante à son mariage pour son mari fan de John Lennon: Here, There and Everywhere des Beatles
  8. "Les exemples de dictons ridicules que les gens aiment répéter".  Ces gens dont je fais partie, bien malgré moi!
  9. Sa peur que tout "ce bonheur puisse contenir la menace du malheur".  Il y a toujours un revers à la médaille (encore un de ces dictons ridicules - quand je vous disais que c'est plus fort que moi!)
  10. Les "possibilités de phrases dites par François avant de partir courir"...  On ne prête jamais assez attention aux (derniers) mots échangés avec l'être aimé, pensant, à tort, qu'on a la vie devant soi!
  11. Cette phrase tragique qui se passe de commentaire: "Elle comprit qu'elle ne pourrait rien vivre qui puisse lui faire oublier sa mort".
  12. L'image du livre coupé en deux par le marque-page. "La première partie avait été lue du vivant de François.  Et à la page 321, il était mort.  Que fallait-il faire?  Peut-on poursuivre la lecture d'un livre interrompu par la mort de son mari?"
  13. Les définitions du mot "délicatesse" dans le Larousse et celle de "délicat" "car "délicatesse" ne suffit pas pour comprendre la délicatesse"...
  14. Le petit extrait du scénario de La Délicatesse, avant-goût du film à venir...
  15. L'oubli du code de son immeuble par Markus.  "J'ai quelque chose de si beau (dans le tête) que cela efface les données inutiles..."  Voilà enfin une explication rationnelle à mes oublis répétés des codes de mon GSM ou de ma carte bancaire!
  16. L'analyse du tableau "Le Baiser" de Gustave Klimt (1) vu comme "l'ultime accomplissement de la quête humaine du bonheur".
  17. La référence au surréalisme à la belge (on peut être chauvin de temps en temps aussi!)  et au tableau de Magritte (2)  "où des hommes tombent du ciel comme des stalactites.  Il y avait donc un peu de peinture belge dans leur attitude, et bien sûr, cela n'était pas l'image la plus rassurante."
  18. Cette chanson d'Alain Souchon qu'aime écouter Nathalie, L'Amour en fuite.
  19. La peur de Markus d'avancer...   Cette peur du bonheur qui peut nous tétaniser!  "Il faut avoir vécu dans le rien pour comprendre comment on peut être subitement effrayé par une possibilité."
  20. Une réplique culte de Markus qu'on ne peut comprendre et apprécier que dans son contexte: "Je préfère avoir mal au cou qu'au coeur"!
  21. Les distributeurs PEZ!  Toute mon enfance!
  22. La Modification de Michel Butor!  Mon adolescence.  Je me souviens encore des rails qui ornaient la couverture...  Faudra d'ailleurs que je remette la main dessus pour le relire!
  23. "La réplique culte de Bernard Blier, à propos de Pierre Richard dans Le Grand Blond avec une chaussure noire": "Il est fort.  Il est très fort."
  24. Encore une référence musicale "J'aurais voulu être un artiste".
  25. Un réplique culte de Charles, le patron de Nathalie: "J'ai été un immense égoïste de la veste." 
  26. "Quelques précisions techniques concernant les allergies au poisson".  Je compatis...
  27. Cette phrase philosophique: "La vie peut être belle quand on sait l'inconvénient d'être né."
  28. Cette évidence : "Le Larousse s'arrête là où le coeur commence."  Entre la théorie des livres et l'expérimentation de la vie, il y a un précipice qu'il n'est pas toujours aisé de franchir! 
  29. Cet extrait du Baiser de Guy de Maupassant: " Sais-tu d'où nous vient notre vraie puissance?  Du baiser, du seul baiser! (...)  Le baiser n'est qu'une préface, pourtant."
  30. L'amour inconditionnel qui lie Nathalie et sa grand-mère.
  31. Une autre évidence: "Les grands-mères, peut-être parce qu'elles ont connu la guerre, ont toujours de quoi faire manger les petites filles qui débarquent  en pleine soirée avec un Suédois."  Une phrase que j'expérimente tous les vendredis lorsque je rends visite à la mienne mais sans le Suédois!
  32. Encore une: "Chez les grands-mères, le bonheur émerveillé ne s'accompagne pas forcément de longues tirades."
  33. Les derniers mots: "Nathalie ouvrit les yeux" en forme d'happy end!
Playlist de Nathalie, ICI.

(1) Le Baiser, Gustave Klimt

    (2) Pluie d'hommes qui s'abat sur la ville
La bande annonce du film:


6 commentaires:

  1. excellent ! j'aime beaucoup ton billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! A voir le nombre de critiques sur Babelio, je me suis dit que cela ne servait à rien d'en ajouter encore une d'où je suis partie à fond dans le subjectif... à la mode Foenkinos ;-)

      Supprimer
  2. Je suis peut-être le seul mais je n'ai pas aimé ce bouquin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non! Sur Babelio, les avis étaient TRES partagés! Maintenant, je ne connais pas (encore) ses autres titres! S'ils sont tous du même acabit, cela risque de devenir lassant! Mais, de temps en temps, j'aime encore bien lire un bouquin "lent"... Cela doit venir de mon prof de psycho qui nous a fait lire Duras de A à Z! Tu as rédigé une critique sur le bouquin?

      Supprimer
  3. J'ai apprécié ce livre qui eu le mérite d'être intellectuellement rafraîchissant .
    L atmosphère qui se dégage du livre m'a fait penser au film "Amélie Poulain".
    Kifud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire!
      C'est vrai qu'on y retrouve la même mélancolie douce et rêveuse, malgré un sujet dramatique! Une spécialité française à mon avis ;-)

      Supprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...