dimanche 29 janvier 2012

La Shoah dans la littérature pour ados

Le 27 janvier, date de la libération du camp d'Auschwitz, a été choisi pour être la journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'Humanité.


Pas toujours simple d'aborder ce sujet avec des jeunes adolescents surtout qu'en 1ère et 2e, ils n'ont pas encore de cours d'histoire proprement dit.  Le recours aux romans jeunesse peut être un biais intéressant.

Quelques ouvrages pour aborder ce thème...  Cette liste est bien loin d'être exhaustive.  N'hésitez donc pas à me proposer d'autres titres en commentaire.


Je commencerais par :



4e de couverture:

Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre, car il est important de le découvrir sans savoir de quoi il parle.  On dira simplement qu'il s'agit de l'histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l'autre côté d'une étrange barrière.  Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister.

Ce livre a été adapté au cinéma:




Les détracteurs reprochent à l'auteur de tromper le (jeune) lecteur...   en sous-titrant son ouvrage de "fable"... 
Je suis en complet désaccord avec eux. Je l'ai proposé il y a quelques années à mes élèves âgés de 12-13 ans... Tous ont bien compris que derrière les propos naïfs de Bruno, se cache une réalité horrible.  Le tout (et c'est notre rôle à nous adultes, parents, professeurs, éducateurs... bibliothécaires) est de les encadrer dans ...  cette lecture (avant, pendant et après), de la replacer dans son contexte historique et de leur expliquer toute l'Horreur qui se cache derrière ce regard d'enfant...

A 12 ans, en 1980, j'ai découvert de façon assez abrupte ce qu'était la Shoah à travers la série Holocauste qu'on regardait à ving heures avec toute la famille! Et, plus de 30 ans plus tard, certaines images insoutenables viennent encore me hanter!

Je préfère la méthode douce... "Le garçon en pyjama rayé" est une porte d'entrée pour aborder avec eux ce pan de notre histoire...

A nous d'aller plus loin!


D'autres lectures peuvent y contribuer. Je pense par exemple à :


4e de couverture:

Voyage à Pitchipoï raconte la tragédie d'une famille juive, en France, pendant la guerre, une tragédie qui fut celle de millions d'autres familles.
En 1942, l'auteur de ce livre avait six ans. Sa famille fut arrêtée, par des gendarmes allemands et français, et déportée.
Le narrateur et sa petite soeur furent d'abord confiés à des voisins jusqu'à ce que le maire du village fasse appliquer la décision du capitaine SS, Commandeur de la région et responsable des mesures de répression antisémite : « L'accueil d'enfants juifs dans des familles françaises est indésirable et ne sera autorisé en aucun cas. » Les deux enfants furent alors enfermés dans une prison, puis transférés au camp de Drancy, où la petite fille tomba malade par malnutrition...

***

4e de couverture:

Mon cher Max...
Mon cher Martin...
Du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934, entre l'Allemagne et les Etats-Unis, deux amis s'écrivent.  Max, l'Américain, parle de sa solitude depuis le départ de son ami; Martin, l'Allemand, lui raconte sa nouvelle vie dans une Allemagne qu'il peine à reconnaitre tant elle est défigurée par la misère.  Au fil des lettres, inéxorablement, Martin et Max s'éloignent l'un de l'autre.  D'autant que Max est juif...

Une adaptation au théâtre:



***


4e de couverture:

Agé de seize ans, Hans Schwarz, fils unique d'un médecin juif, fréquente le lycée le plus renommé de Stuttgart.  Il est encore seul et sans ami véritable lorsque l'arrivée dans sa classe d'un garçon d'une famille protestante d'illustre ascendance lui permet de réaliser son exigeant idéal de l'amitié, tel que le lui fait concevoir l'exaltation romantique qui est souvent le propre de l'adolescence.
C'est en 1932 qu'a lieu cette rencontre, qui sera de courte durée, les troubles déclenchés par la venue de Hitler ayant fini par gagner la paisible ville de Stuttgart.  Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l'envoyer en Amérique, où il fera sa carrière et s'efforcera  d'oublier l'enfer de son passé.  Ce passé qui se rappellera un jour à lui de façon tragique.
Le film:







***


4e de couverture:


En Allemagne, avant la guerre, deux enfants sont inséparables.  L'un s'appelle Frédéric.  Il est juif.
Mais Hitler a décidé que les juifs n'ont pas le droit de vivre: on les insulte, on les chasse...
Grand-père ne veut plus voir le petit Frédéric à la maison.  Bientôt, on le renverra de l'école.
Plus tard, sous les bombes, il n'y aura plus d'abri pour Frédéric.  Qui pourrait encore le sauver?


et bien évidemment, on ne le présente plus...





Adapté notamment en téléfilm:





ET SURTOUT, comme le dirait J.J. Goldman dans sa chanson

Né en 17 à Leidenstadt
On ne saura jamais ce qu'on a vraiment dans nos ventres
Caché derrière nos apparences
L'âme d'un brave ou d'un complice ou d'un bourreau?
Ou le pire ou le plus beau ?
Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau
S'il fallait plus que des mots ?

Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp


Pour aborder ce sujet grave avec des enfants plus jeunes, je vous conseille  ce lien...

D'autres titres...

11 commentaires:

  1. Il y a aussi Champion de Gilles Papaport édition Circonflexe et Grand-père du même auteur, je crois, chez le même éditeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas du tout mais vais me renseigner! Merci pour l'info!

      Supprimer
  2. On a fait lire "Anne Frank" à mon fils au début des humanités, il n'a pas aimé du tout. Je crois que c'était trop tôt, surtout pour un garçon.
    "Le garçon en pyjama rayé" m'attire depuis un moment. Je le lirai sûrement un jour.
    As-tu lu "Otto, autobiographie d'un ours en peluche"? J'ai beaucoup aimé mais c'est pour les plus jeunes, niveau primaire...quoique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis de ton avis. Malgré son âge, le style d'Anne Frank est assez ardu. Je pense qu'il convient mieux à de grands ados. En classe, je n'en propose que quelques extraits. Il n'empêche que chaque année, l'un ou l'autre a envie d'aller plus loin et poursuit la lecture.
      Par contre, je ne connais pas "Otto"... A découvrir...

      Supprimer
  3. Il y a aussi Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, de Ruta Sepetys. très bon.
    Et plus récemment Je renaîtrai de vos cendres, d'Elisabeth Brami. Ce n'est pas le sujet principal de ce dernier titre, néanmoins, il traite de la colère adolescente en premier lieu.

    Bonne continuation à ce blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Oui! Le premier est dans ma pile à lire depuis un moment! J'ai lu un extrait, il a l'air particulièrement prenant. Je ne connais pas le second... Encore un titre à découvrir!
      Merci pour les encouragements! A bientôt...

      Supprimer
  4. "L'ami retrouvé" est un de mes livres cultes. Je l'ai lu vers 15 ou 16 ans, un choc. Depuis, je ne cesse de le conseiller.
    Il y a aussi "un violon dans la nuit", de Didier Daeninckx et Pef.
    (Je découvre votre blog et je reviendrai !)

    RépondreSupprimer
  5. Idem pour moi! C'est d'ailleurs la couverture de l'époque que j'ai scannée ;-)
    "Un violon dans la nuit"... Merci pour la suggestion, je n'y pensais plus! A ajouter à la liste!
    A très vite j'espère...

    RépondreSupprimer
  6. Comme Mélo, je te dis sans hésiter "Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre" !

    RépondreSupprimer
  7. Merci Cajou! Je vais le mettre tout en haut de la pile ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Je propose aussi sur ce thème de la shoah un ibook fondé sur des témoignages d'époque "deux enfants juifs" : le récit de deux enfants accueillis et protégés dans un pensionnat pendant la guerre. Les réactions des élèves, hostiles, étonnées, accueillantes...une prise de conscience s'amorce. http://amzn.eu/6xnV3TI

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...