Accéder au contenu principal

Je voudr@is que tu...



Frank Andriat, voilà un auteur que j'apprécie énormément. Premièrement pour une raison un peu chauvine, c'est un compatriote! Deuxièmement parce qu'il croque avec beaucoup de justesse, d'humour et de réalisme l'univers de l'adolescence et, en arrière plan, le microcosme de l'école. Il faut dire qu'il est enseignant lui-même et qu'il vit au coeur de ce petit monde particulier. Ce sont d'ailleurs les thèmes récurrents de nombreux de ses romans: "La remplaçante", "Monsieur Bonheur", "L'amour à boire", "Le journal de Jamila", etc.

Dans ce livre "Je voudr@ais que tu...", il met les jeunes en garde contre les dangers liés à l'utilisation des réseaux sociaux et les exhorte à avoir de vraies relations "en chair et en os". Son épigraphe est d'ailleurs très explicite:

"Il y a autour de vous des personnes qui ont besoin que se renouent les fils d'une solidarité perdue"
Vincent Engel, Oubliez Adam Weinberger.

La narration se partage entre les pages du journal intime de Salomé, qui veut devenir écrivain et qui y révèle ses vrais secrets, et les échanges de la bande d'amis sur leur "chat d'or". Cette alternance rend le récit vivant et actuel. Bien sûr, la partie "chat" semblera très certainement artificielle puisque nos héros ont décidé d'écrire sans faute ce qui, on le sait tous, est une fameuse gageure sur le net. Néanmoins, cette façon de procéder - un récit pour les jeunes, vécu et raconté par d'autres jeunes - risque bien de toucher la cible, nos adolescents, qui accepteront par ce biais bien plus facilement la leçon de morale qui sous-tend cette histoire.

Au-delà du message de prévention, Frank Andriat fait également ici une critique du système scolaire et de deux visions qui s'opposent encore parfois (souvent ?) dans nos écoles, "la pédagogie de l'épanouissement" versus "la pédagogie de la soumission". Je ne peux que me sentir proche de Mme Laurent, l'ancienne prof de français de Salomé et de ses amis qui mélangeait auteurs classiques et auteurs de la jeunesse contemporains afin de stimuler leur enthousiasme pour la lecture et leur intérêt pour l'écriture.

Autre point soulevé, la banalisation de la sexualité chez les jeunes. Il évoque la réalité d'enfants qui "à force de mater des films pornos confondent leur coeur avec leur cul". Cette réalité de jeunes qui trimballent des scènes X sur leur GSM et les exhibent sous le nez des élèves plus naïfs est loin d'être marginale. Je l'ai moi-même vécue dans mon école.

Bref, en tant que maman et enseignante, j'ai beaucoup apprécié ce récit. Il permet d'ouvrir le débat d'une manière concrète, saine et constructive sur un thème brulant d'actualité: internet et ses dérives...

Commentaires

  1. Voilà un auteur que j'apprécie aussi. Je ne connais pas ce titre, je ne l'ai pas encore rencontré. Un jour sans doute...
    Je viens de terminer "L'amour à boire" que j'ai bcp apprécié.
    http://phildes.canalblog.com/archives/2012/01/24/23185987.html#trackbacks
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...

Posts les plus consultés de ce blog

Serial Killer

Avis aux élèves de l'IPC et aux autres qui utiliseraient Voie Active Français 2e!  Cet article a déjà été vu 540 fois!  Votre intérêt me touche!  Attention toutefois, cette nouvelle fait également l'objet d'un exercice d'écriture...   donc évitez d'effectuer un "copié-collé"!!!! A bon entendeur, salut!


Sylvaine Jaoui, Serial  Killer (Ensemble-Tsédaka), éditions Martinière jeunesse, 2007
Avez-vous déjà participé à une opération "Papy d'un jour"?  Oui?  Non?  Lucas, lui, ne peut y couper.  L'idée de M. Marchal, son professeur d'histoire, ne l'emballe pas du tout.  Et c'est le moins qu'on puisse dire.  Il ne voit pas pourquoi, ne bénéficiant pas lui-même de grands-parents gentils, il irait se "taper les inconvénients des vieux des autres."  La rencontre organisée à la maison de retraite "Les oranges bleues" tourne au cauchemar lorsqu'il se met enfin à lire les lettres de "son papy", un certa…

Moi, Boy - Roald Dahl se raconte

Dans Moi, Boy, le grand Roald Dahl évoque les "incidents" qui ont émaillé ses premières années de vie, de sa naissance à ses vingt ans (de 1916 à 1936).  Ceux qui lui ont laissé un souvenir impérissable.  "Certains furent drôles.  Certains douloureux. Certains déplaisants." comme il le précise dans sa préface.
On est cependant bien loin d'une autobiographie classique et pompeuse.  Ces pages se lisent avec autant de plaisir qu'un autre récit de l'auteur.  On y retrouve son humour, son sens inné du récit et on y croise bon nombre de personnages qui semblent familiers - comme tout droit sortis de ses romans !
Au fil des anecdotes évoquées, on découvre ainsi quelques-uns des éléments fondateurs de son oeuvre.  Parfois, il nous l'indique lui-même comme lorsqu'il évoque le lien entre son idée d'écrire son second roman jeunesse, Charlie et la chocolaterie, et les bâtons de chocolat qu'on leur faisait tester lorsqu'il était au collège.  D'…

A vos risques et périls

Editions Thierry Magnier, 2007 Coup de coeur Ricochet / "Ado d’or" du magazine "Ados-livres / Prix Trégor Ado / Prix de la Citoyenneté / Prix Lire@Sénart
L'histoire:
6 ados (3 filles, 3 garçons), une ile perdue dans l'océan Indien, des épreuves, des caméras, 12 semaines d'aventure avec, à la clé, l'espoir pour chacun de remporter 10.000 euros!  Bienvenue dans l'émission "A vos risques et périls"!  Jamais une émission de téléréalité n'aura mieux porté son nom!
Mon avis:

Ce livre m'a réellement surprise et j'ai passé un excellent moment en sa compagnie.  Pourtant, au début, j'ai pensé (à tort) que l'auteur ne s'était pas foulée et nous proposait une simple transposition de tout ce que l'on peut voir depuis des années sur nos petits écrans: l'arrivée en hélicoptère et le largage au bout d'une corde, la construction de la cabane, la recherche de nourriture, les tensions dans le groupe, les vrais ou faux rappro…