mardi 17 janvier 2012

Intouchables, le film qui rend heureux

Je ne vais pas vous faire l'injure de vous résumer  l'histoire de ce film!  Tout le monde en a au moins entendu parler...  à défaut de l'avoir vu et même pour certains revu et rerevu...
C'était le cas pour certains de nos élèves.  Pour l'un d'entre eux, c'était même sa 6e fois!

Effectivement, ce matin, à 9 heures 30, nous avons embarqué tout notre petit monde (225 élèves à caser dans trois bus TEC) direction l'Acinapolis de Jambes. 

A peine arrivés, à peine installés, le film a démarré sur les chapeaux de roue...  Ouah!  une course poursuite entre une Maserati Quattroporte et deux voitures de flics en plein coeur de Paris by night... 



Le bruit du moteur en a fait frémir de bonheur plus d'un...  et a failli couter une larme à l'une de mes gentilles collègues qui s'imaginait difficilement reprendre le volant de sa citadine après ça... 
Bref, le ton était lancé et le coeur du public d'emblée conquis... et ce fut le cas tout au long de la séance!
Nos jeunes sont restés vissés sur leurs sièges et nous n'avons pas assisté à l'habituel ballet d'élèves qui quittent la salle pour se rendre aux toilettes!  Voilà un signe qui ne trompe pas!  Autre élément impressionnant, le silence quasi religieux qui accompagnait tous les passages émouvants  du film.  Silence rompu uniquement par les rires tonitruants qui ont secoué l'assemblée à de très, TRES nombreuses reprises.  Rires qui, souvent, se transformaient en fous rires communicatifs difficilement contrôlables!

Voici quelques passages qui ont particulièrement touché notre jeune auditoire.


A l'issue de la séance, petits et grands, nous sommes tous sortis le sourire aux lèvres, conscients d'avoir pendant une heure et demie touché à ce qui rend la vie si belle: l'amitié, l'amour, les relations humaines,...  Mieux que de longs discours et d'interminables leçons de morale, ce film a le grand mérite de rappeler sur le ton de la franche rigolade et de l'émotion vraie qu'il ne faut jamais, au grand jamais se fier aux apparences!  On ne peut que s'enrichir en côtoyant l'autre, aussi différent soit-il.

Pour exemple, la scène de l'anniversaire (une de mes préférées avec celle de l'opéra) où Driss, après avoir écouté les classiques de Philippe, lui fait découvrir les siens. 


Au delà du sujet original (finalement, oui, on peut rire de tout, tout dépend la manière...) et du scénario extrêmement bien ficelé, ce film doit également son succès au jeu des deux acteurs.  L'alchimie entre eux est parfaite.  Le sourire d'Omar Sy est un vrai rayon de soleil...  Celui qui s'illumine progressivement sur le visage de François Cluzet réchauffe les coeurs.  Ces  deux-là, on ne peut que les aimer!

Bien sûr, on pourrait toujours trouver quelque chose à redire.  Certains ont critiqué le cliché du blanc riche mais malheureux qui se trouve un jouet en la personne du pauvre black sorti de prison, d'autres ont pointé du doigt l'apologie qui est faite du sexe et de la drogue comme moyens d'accéder au bonheur...   Ces détracteurs oublient que la finalité première de tout spectacle grand public est de rendre HEUREUX, ce que réussit amplement Intouchables et que le reste n'est que "blabla" d'intellos!

Dans une interview pour Moustique du 28/12/2011, Philippe Pozzo di Borgo, le milliardaire tétraplagique joué par François Cluzet dans le film, tente lui-aussi de comprendre ce succès.
"Vous êtes très stressés en Occident * pour le moment, un peu moroses.  Je dirais presque handicapés.  Vous arrivez au cinéma avec vos bobos, et on vous montre deux mecs infréquentables qui parviennent à se reconstruire.  Et ça vous réconcilie avec vos bobos.  Les Occidentaux ont besoin de se réconcilier avec eux-mêmes et avec les autres."

En conclusion, Intouchables est un savoureux mélange d'empathie, d'émotion et de rire qui remue ce qu'il y a de meilleur en nous: notre humanité!  A savourer sans modération!

* Philippe Pozzo di Borgo vit maintenant à Essaouira, au Maroc, où il s'est remarié et a deux petites filles.

Dernière nouvelle: Ce vendredi 24/02, Omar Sy a reçu le César du meilleur acteur

2 commentaires:

  1. sophie collègue17 janvier 2012 à 20:55

    Que dire de plus... Il y a bien longtemps que je n'avais pas eu autant d'émotions en regardant un film. Des fous rires à en pleurer en passant aux scènes qui vous prennent aux tripes! Ce film nous fait réfléchir et nous remet à notre place...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas évident de reprendre le train-train quotidien après ça! On avait plutôt envie de faire une virée en Masarati ou du parapente dans les Alpes!

      Supprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...