vendredi 13 janvier 2012

Eon et le douzième dragon

Avant tout, je remercie vivement Gallimard Jeunesse qui, grâce au quiz "On lit plus fort", m'a offert cette série et m'a, par la même occasion permis de découvrir l'épopée d'Eon.

L'histoire:

Eona a un don hors du commun: elle est capable de percevoir les onze dragons énergétiques qui protègent l'Empire du Dragon Céleste. A ce titre, elle pourrait prétendre au titre très envié d'Oeil du dragon. Toutefois, les femmes, jugées trop faibles tant physiquement que moralement, sont exclues de la Magie du dragon. Aussi, depuis des années, le maitre d'Eona tente de gommer toute trace de féminité en elle... Elle devient Eon!
Le premier jour de l'année nouvelle, Eon se présente, comme 11 autres garçons, devant l'Empereur afin d'être choisi par le dragon ascendant et s'initier à sa magie. Mais rien ne se déroule comme prévu...

Mon avis:

J'ai accroché dès les premières pages. Après une note liminaire qui nous présente toutes les informations sur les douze dragons, nous entrons directement dans le vif du sujet puisqu'on découvre Eon en plein entrainement avec le maitre d'armes.

"Je laissai les pointes de mes sabres s'enfoncer dans le sable de l'arène. Ce mouvement était incorrect, mais la douleur irradiant mon ventre me forçait à m'accroupir. J'observai les pieds nus du maître d'armes Ranne qui s'avançait d'un pas traînant, en se mettant d'aplomb pour assener un grand coup. M'entraîner avec lui me rendait malade d'angoisse, mais cette fois c'était différent. J'étais sur le point de perdre mon sang. Avais-je mal compté les jours de lune."

On se rend immédiatement compte que notre héros n'est vraiment pas comme les autres: c'est une fille et de surcroit une infirme. Directement, notre sympathie lui est acquise. Au fil des pages, au fur et à mesure des difficultés qu'elle devra surmonter, celle-ci ne va qu'aller crescendo. Elle est à la fois l'espoir de son maitre, celui de l'Empereur et de son fils ainsi que de la résistance... bien trop de responsabilités à assumer pour ses frêles épaules! Dans une société exclusivement masculine et régie par des codes ancestraux, Eona court d'innombrables périls. Elle n'a que très peu de répit tant les épreuves se suivent à un rythme effrené. En tant que lecteur, nous sommes entrainé dans cette frénésie de péripéties et nous prions pour qu'elle s'en sorte indemne.
 On perçoit également très vite que cette féminité qu'elle refoule est la clé de cette histoire. C'est sans doute cet aspect des choses qui m'a le plus attirée dans ce récit. L'auteur met également en avant le droit à la différence. Dans un univers où l'infirmité est un signe de malchance, notre héroïne va prouver à tous qu'un être humain doit être jugé sur ses actes et non sur ce qu'il est. Dans son combat, elle sera d'ailleurs soutenue par plusieurs personnages, eux aussi atypiques, dame Dela, un transsexuel au grand coeur et Ryko, un eunuque doué d'une force physique exceptionnelle. L'Empereur et son fils sont, eux aussi, des personnages intéressants. Ouverts d'esprit, ils se montrent justes et humains.

Enfin, quelques mots sur l'Empire du Dragon Céleste, toile de fond de cette histoire hors du commun. L'auteure décrit sans excès ce monde imaginaire, inspiré par l'histoire et la culture de la Chine et du Japon. Grâce à la carte qui accompagne ce récit, on peut aisément suivre le parcours d'Eon dans les méandres du palais. A travers ses yeux, on pénétre au coeur de la cité impériale...

Jalousies, querelles intestines, luttes pour le pouvoir... mais aussi amitié, amour, loyauté, courage... Tous ces ingrédients se mélangent et s'entrechoquent formant un tout complexe mais néanmoins crédible!

Cette lutte pour l'Empire du Dragon Céleste trouvera son épilogue dans le 2e tome: EONA que je m'apprête à lire dans la foulée... surtout que le coup d'envoi est plus qu'alléchant:

"Déchirée entre l'amour de deux hommes puissants, Eona pourra-t-elle se libérer du passé et affronter la vérité bouleversante sur elle-même, le dragon Miroir et le Rang de Perles? A moins qu'elle ne soit vouée à jouer jusqu'au bout une tragédie séculaire, capable de tout détruire sur son passage..."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...